Boxe

Pascal subit une autre défaite contre Kovalev

Agence QMI 

Publié | Mis à jour

Le Russe Sergey Kovalev a conservé ses ceintures mondiales des mi-lourds de l’IBF, de la WBA et de la WBO, samedi soir au Centre Bell, l’emportant au terme de sept rounds contre Jean Pascal.

Par conséquent, le vainqueur a savouré un deuxième triomphe en autant de sorties contre son rival, qui ne compte qu’un gain à ses quatre plus récentes prestations.

Pascal (30-4-1, 17 K.-O.) a fait piètre figure tout au long de l’affrontement, à un point tel que son entraîneur Freddie Roach a lancé la serviette avant le début du huitième assaut. Le choc entre les deux hommes a été marqué par la précision du jab du gagnant, qui a gardé à distance son «grand ami». Ce dernier a de son côté généré pratiquement pas d’offensive, hormis au troisième round.

«Kovalev a fait du bon travail ce soir. Félicitations à lui! Je serai de retour!», a commenté le perdant après son revers.

Pas dans le coup

Ayant fait son apparition dans l’arène au son d’une chanson entonnée par l’ex-champion Roy Jones fils, Pascal a rapidement été touché par le détenteur de la ceinture, qui s’est présenté dans le ring avec l’ancien porte-couleurs du Canadien de Montréal Alex Kovalev derrière lui.

Le Russe a atteint la cible avec un jab au visage et son adversaire a brièvement visité le tapis. L’arbitre québécois Michael Griffin a jugé la chute accidentelle, même si la reprise vidéo semblait montrer le contraire.

Profitant d’une portée supérieure, le monarque a été plus incisif en attaque lors des deux premiers assauts grâce à ses jabs et ses crochets. Pendant ce temps, l’aspirant tentait de décocher de larges coups quand il se décidait à bouger.

Au troisième round, le protégé de Roach a connu d’excellents moments en dépit des répliques de son vis-à-vis. Quelques gauches solides ont frappé la tête de Kovalev (29-0-1, 26 K.-O.), qui n’a pas paru trop ébranlé. D’ailleurs, celui-ci est revenu en force à la reprise suivante, cognant solidement Pascal lorsqu’il avait le dos aux câbles.

Visiblement ennuyé par le jab de l’Européen, le boxeur de la Belle Province a été dominé d’un bout à l’autre au cinquième round, ne réussissant qu’un coup, comparativement à une trentaine environ pour Kovalev. Devant l’incapacité de son poulain à riposter – celui-ci se contentant de rester penché pour encaisser plusieurs salves pendant de longues secondes, Roach a bien failli mettre fin au combat, mais son pugiliste l’a convaincu du contraire.

Les pires moments de Jean Pascal - TVA Sports