Canadiens de Montréal

Le CH a perdu son ADN

Le CH a perdu son ADN

Félix Séguin, TVA Sports

Publié 27 janvier 2016
Mis à jour 27 janvier 2016

Depuis la saison 2013-2014, les Canadiens de Montréal formaient l'une des meilleures équipes de la LNH. Les statistiques et la position de l'équipe au classement le démontraient.

Et là, plus rien. Depuis le 3 décembre, la troupe de Michel Therrien présente une fiche de (5-18-1) en 24 matchs. La pire fiche de la sorte dans la LNH.

À mon humble avis, le Tricolore a perdu son ADN. Et l'ADN de l'équipe contenait les éléments suivants: Carey Price, une solide défensive, rapidité et exécution.

Permettez-moi de vous expliquer.

Une défensive méconnaissable

Menés par Carey Price, les Canadiens étaient reconnus pour avoir un excellent système défensif au cours des deux dernières saisons. L'an dernier, la troupe de Michel Therrien avait même terminé au 1er rang de la LNH pour le nombre de buts accordés (184). Le Tricolore ne marquait peut-être pas souvent, mais l'adversaire avait inscrit seulement 2,24 buts en moyenne par match lors de la saison 2014-2015.

Oui, Price était le grand responsable des succès de l'équipe. Il a souvent changé le résultat des matchs en raison de ses performances époustouflantes. Toutefois, je persiste à croire que l'équipe jouait mieux défensivement et Michel Therrien en était d'ailleurs très fier. Subban, Markov et Petry formaient un excellent trio de défenseurs. Beaulieu émergeait et Emelin occupait le bon rôle  au sein de la brigade défensive. Plusieurs équipes enviaient le Bleu-blanc-rouge. 

Depuis la blessure de Price le 25 novembre dernier, le Tricolore a une fiche de (7-18-2) et accorde en moyenne 3,07 buts par rencontre. Mike Condon n'est pas Carey Price et il ne le sera jamais. Il fait de son mieux et il donne son plein rendement à chaque fois qu'il est devant le filet. Il y a une chose très importante que nous ne devons pas oublier dans le cas de Condon. À l'origine, il devait garder les filets des Canadiens une fois aux 5 ou 6 matchs. Là, il est là presque tous les soirs.

La rapidité épuisait les autres équipes

Depuis deux ans, j'étais toujours impressionné par la rapidité et l'exécution des Canadiens. Les joueurs étaient rapides pour récupérer des rondelles libres, rapides dans le jeu de transition, rapides en sortie de zone, rapides en territoire central, rapides en échec-avant et rapide pour se replier. À cela, nous devions ajouter une exécution qui était au-dessus de la normale.

Lors de notre passage à St. Louis le 16 janvier dernier, l'entraîneur-chef des Blues, Ken Hitchcock, nous disait que la troupe de Michel Therrien avait épuisé ses joueurs et son équipe lorsque les Blues avaient affronté les Canadiens, le 20 octobre dernier, au Centre Bell. Hitchcock avait été impressionné par la vitesse des quatre trios de Michel Therrien et il avait ajouté que ce haut niveau de vitesse avait été maintenu pendant trois périodes.

Et cette vitesse semble disparue chez les Canadiens. Mais où sont passées cette rapidité et cette exécution qui étaient les principaux traits de caractère de l'équipe? Pourtant, ce sont les mêmes joueurs à l'avant et en défensive.

Souhaitons que les joueurs retrouvent leurs repères et souhaitons que Carey Price revienne au jeu très bientôt.