LNH

Saison difficile pour les partisans canadiens

Publié | Mis à jour

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, aucune équipe canadienne de la Ligue nationale de hockey ne faisait partie du portrait des séries éliminatoires avant les matchs de jeudi soir.

Il y a bien Vancouver qui frappe à la porte dans l’Association de l’Ouest, tout comme les Sénateurs d’Ottawa et le Canadien de Montréal dans l’Est.

De manière générale, il faut toutefois avouer que le Canada ne fait pas honneur à son sport chéri lors de cette saison 2015-2016.

La situation dans l’Ouest est particulièrement préoccupante.

À quelques échelons du club de Vancouver, les Jets de Winnipeg, les Flames de Calgary et les Oilers d’Edmonton occupent les trois dernières positions au classement.

Le cas des Oilers, qui comptaient 43 points en 48 matchs avant d’affronter les Stars de Dallas jeudi soir, demeure plutôt triste.

Il est vrai que le premier choix du plus récent repêchage Connor McDavid a été limité à 13 rencontres en raison d’une fracture d’une clavicule. Néanmoins, les amateurs étaient en voie d’espérer un peu mieux.

Les attaquants Taylor Hall et Leon Draisaitl, qui sont les meilleurs pointeurs de l’équipe, font bien, mais voilà que Ryan Nugent-Hopkins se retrouve sur le carreau pour un minimum de six semaines.

Les chances des Oilers de renverser la situation semblent bien minces.

Au contraire, les Canucks, les Sénateurs et le Canadien peuvent logiquement se qualifier. La balance de la saison sera définitivement intéressante à suivre pour les partisans de ces équipes.

Il faut par ailleurs espérer que certains clubs connaissent du succès si le Canada veut continuer de vibrer lors des prochaines séries.

L'unique fois de l’histoire où toutes les équipes canadiennes avaient été exclues des séries? En 1969-1970. À l’époque, il y avait seulement deux clubs au pays: le Canadien et les Maple Leafs.

En 2013-2014, une seule formation du Canada s’était qualifiée soit le Tricolore. Les Sénateurs, les Leafs, les Jets, les Canucks, les Flames et les Oilers avaient raté le grand rendez-vous du printemps.