Canadiens de Montréal

«Ils sont très bien dirigés» - Pacioretty

Publié | Mis à jour

Si l’entraîneur-chef du Canadien de Montréal, Michel Therrien, s’est dit satisfait de l’effort fourni par ses joueurs, ces derniers avaient la mine basse dans le vestiaire, jeudi soir, après le revers de 2-1 contre les Blackhawks de Chicago.

Ils ne savent plus trop quoi raconter pour expliquer leur incapacité à marquer des buts.

«Oui, on a obtenu d’excellentes chances de marquer, mais à ce que je sache, ça prend des buts pour gagner des matchs et on n’en marque pas assez, a commenté l’attaquant Max Pacioretty, en hochant la tête. (Corey) Crawford a été très bon.»

Un journaliste lui a demandé de commenter le fait que le pilote Joel Quenneville ait dépassé Alger Arbour au deuxième rang pour le nombre de victoires dans la Ligue nationale.

«Les Blackhawks pratiquent un excellent style de jeu, a dit le capitaine. Ils sont très bien dirigés par Quenneville, qui sait reconnaître le genre de joueurs qu’il a sous la main. Leurs défenseurs sont actifs. Ils patinent très bien.»

Manque de fini

À ses côtés, Brendan Gallagher s’exprimait à voix basse, tout en fixant le plancher. Cette défaite lui est restée dans la gorge.

Car force est d’admettre que le Canadien a offert l’une de ses meilleures performances depuis un bon moment. Mais affronter une équipe en feu n’aide pas à éteindre le feu.

«Je pense qu’il y a eu une meilleure présence devant le filet de notre part au cours de ce match, a analysé Gallagher. On n’a malheureusement pas su capitaliser sur nos occasions de marquer.»

Il faudrait penser à offrir des clous de finition aux attaquants du Tricolore!

Changements de trio

Therrien a souligné le bel effort fourni par ses hommes, qui ont disputé deux solides périodes sur trois.

Étrangement, il a choisi de modifier ses trios en troisième période, même si son club avait très bien joué en deuxième. Il a choisi de placer Alex Galchenyuk à l’aile aux côtés de David Desharnais et de Paul Byron.

«J’ai apporté des changements en fin de deuxième période, a-t-il précisé. On tentait de réaliser une poussée offensive. Il faut continuer de se battre. Je trouve que les gars ont joué le genre de hockey nécessaire pour avoir du succès.

«Ce ne sont pas les chances de marquer qui ont manqué. On a dirigé 40 tirs sur Crawford. Cette défaite n’est pas due à un manque d’effort», a raconté Therrien, qui a transmis ses sympathies aux proches de René Angelil, un homme qu’il a bien connu et qu’il admirait, en guise de conclusion à son point de presse.