Hockey

Un message à retenir pour Équipe Canada junior

Publié | Mis à jour

Cette défaite du Canada en quart de finale du Championnat du monde de hockey junior laissera des traces dans les livres, mais aussi dans la mémoire des membres de l’équipe qui l’ont vécue.

Certains d’entre eux pourraient effectuer un retour l’an prochain alors que le tournoi sera disputé au Canada. Le scénario vécu à Helsinki sera à éviter devant leurs partisans.

«Ils ne devront pas oublier ce sentiment, a souligné l’entraîneur-chef Dave Lowry. Il y a plusieurs joueurs qui pourraient être de retour. Ils devront être en mesure de vivre une expérience différente et se souvenir des difficultés de cette compétition, s’en souvenir chaque soir», a-t-il ajouté.

Douloureux

Le capitaine Brayden Point, qu’on n’a pas vu sous son meilleur jour en raison d’une blessure, n’avait pas l’esprit à la fête. «Nous avons fait de notre mieux. Il faut toujours travailler plus fort pour s’assurer de ne plus jamais revivre quelque chose de semblable.»

«Ça fait mal, mais il faut être fier d’être Canadien, a précisé le défenseur Thomas Chabot. Ce n’est pas cette mauvaise performance dans ce championnat qui nous enlèvera notre fierté.»

Le gardien Mackenzie Blackwood n’y est pas allé par quatre chemins pour exprimer ses sentiments à propos de ses piètres performances dans les moments importants. «Perdre, c’est la pire chose, je déteste ça. Il faut apprendre et passer à autre chose.»

L’espoir des Devils du New Jersey a conclu le tournoi en queue de peloton. Il a conservé une moyenne de 3,95 buts alloués par match et un taux d’efficacité de ,858.

Sans le montrer du doigt, le président de Hockey Canada, Tom Renney, a noté son travail. «Avec un taux d’efficacité sous la barre de ,900, on savait que ce serait difficile de gagner, il n’y a aucun doute.»

Ron Wilson s’en mêle

L’entraîneur-chef des États-Unis, Ron Wilson, n’a pas hésité à tirer un coup de semonce vers l’équipe canadienne au lendemain de son élimination.

«Je crois qu’on peut dire qu’ils ont eu ce qu’ils méritaient. Tu ne peux pas vivre et mourir avec les pénalités. Ça ne se fait pas.»

Cette réplique résume bien l’ensemble de l’œuvre des Canadiens.