Canadiens de Montréal

La Classique hivernale au Tricolore!

Agence QMI / Jonathan Bernier 

Publié | Mis à jour

Ceux qui doutaient de l’ascendant de Brendan Gallagher sur ses coéquipiers ont eu une belle preuve de l’importance de diminutif attaquant pour le Canadien de Montréal.

À son retour au jeu, après une absence de 17 rencontres, l’ailier droit a déployé l’intensité qu’on lui reconnait depuis le début de sa carrière, vendredi, lors de la Classique hivernale Bridgestone.

En plus de déranger les défenseurs des Bruins de Boston (surtout Zdeno Chara) par sa présence devant le filet de Tuukka Rask, l’attaquant de 23 ans a inscrit un but en plus de se faire complice de celui de Max Pacioretty dans un gain de 5-1 du Tricolore, face aux Bruins, dans un Gillette Stadium occupé par 67 246 spectateurs.

À VOIR

Comme prévu, le retour de l’Albertain a ramené un équilibre qu’on n’avait pas vu au sein des trios du Canadien depuis sa blessure subie le 22 novembre.

Paul Byron a également connu une grosse soirée avec un doublé.

Quant à David Desharnais, il a profité de ses retrouvailles avec Dale Weise et Tomas Fleischmann pour mettre fin à une disette de 17 matchs sans marquer. Une léthargie qui, curieusement, coïncidait avec l’absence de Gallagher.

Ce filet inscrit dès la deuxième minute de jeu n’est qu’un exemple de la facilité avec laquelle le Tricolore s’est adapté aux conditions de la surface glacée.

Au cours des 20 premières minutes, les hommes de Michel Therrien ont survolé la patinoire.

«C’était malade comme expérience, c’était vraiment agréable. J’avais joué lors de la Classique héritage à Calgary [2011]. Ce n’était pas aussi gros comme évènement et nous avions perdu le match. Quand tu joues ce match et que tu le gagnes avec cinq buts en plus, ça devient plus magique.»

Week-end de rêve

Pour leur part, les Bruins, dont les absences de David Krejci et de Brad Marchand se sont fait sentir, ont mis au-delà d’une période pour trouver leurs repères. Victimes de passes sautillantes, la troupe de Claude Julien a multiplié les sorties de territoire hasardeuses et les relances difficiles.

Tant et si bien qu’elle n’avait décoché que trois tirs au but au terme du premier engagement.

Mike Condon, qui évoluait dans son patelin, a dû se les geler par moment. En savourant sa 11e victoire de la saison, Condon, qui a grandi à 25 minutes du Gillette Stadium, a couronné une fin de semaine de rêve.

«La manière dont nous avons joué a empêché les Bruins de gagner du momentum. Nous avons joué de façon très serrée en territoire neutre. C’est difficile d’être efficace en échec avant lorsque l’adversaire ralentit tes ardeurs», a expliqué P.K. Subban.

Seul Matt Beleskey, le meilleur joueur dans le camp bostonien, est parvenu à le déjouer en faisant dévier un tir de la pointe d’Adam McQuaid.

Un but qui a redonné des ailes aux Bruins qui, en troisième période, ont bombardé le filet du Canadien sans relâche. Le diplômé de Princeton, qui a paru nerveux par moments, a pu compter sur le facteur chance à quelques occasions.

De retour en tête

Au cours de son point de presse de la veille, l’entraîneur du Canadien avait indiqué que la bonne nouvelle, c’était que le mois de décembre était enfin terminé.

Or, avec ce gain, le Canadien amorce l’année 2016 au sommet de la section Atlantique, un point devant les Panthers de la Floride. Ces derniers, tout comme les Bruins, possèdent cependant trois matchs en main.

«Cette victoire est très importante, car les Bruins sont tout juste derrière nous, a souligné Therrien. J’espère que ça nous donnera un élan pour la deuxième moitié de la saison. On doit bâtir sur cette victoire.»

Fait à noter, le Canadien n’avait pas marqué cinq buts au cours d’un même match depuis le 25 novembre au Madison Square Garden.

En bref

Dale Weise a retraité au vestiaire à mi-chemin du match, victime d’une blessure au haut du corps. Le Canadien n’a pas donné davantage de détails.

Le CH terminera cette séquence de huit rencontres sur les patinoires adverses en visitant les Flyers de Philadelphie, mardi.