Canadiens de Montréal

Un retour à la maison pour Condon

Publié | Mis à jour

Il y a toujours un aspect magique à la Classique hivernale. Mais pour Mike Condon, le script du scénario pourrait devenir encore plus hollywoodien si Michel Therrien décide de miser sur lui comme gardien partant.

Originaire de Needham, une petite ville du Massachusetts située à moins de 30 kilomètres de Boston, Condon a grandi comme un partisan des Bruins de Boston et des Patriots de la Nouvelle-Angleterre.

En une seule journée, l’ancien homme masqué de l’Université Princeton pourrait se retrouver à jouer contre l’équipe de son enfance dans l’immense stade des Patriots à la place d’une confrontation plus typique au TD Garden.

«Oui, ce sera un match très agréable pour moi, peu importe qui sera le gardien partant, a confié Condon après le revers de 3-1 contre les Panthers, à Sunrise. C’est un peu un retour à la maison pour moi. Mais, c’est aussi une confrontation contre nos plus grands rivaux, les Bruins. J’ai vraiment hâte à ce match.»

«J’ai mis les pieds au Gillette Stadium à plusieurs reprises pour regarder mon équipe préférée dans la NFL, les Patriots, a-t-il poursuivi. Ce sera vraiment agréable de jouer dans ce stade.»

La météo comme facteur

Malgré la magnitude de cette rencontre, l’Américain de 25 ans n’a pas peur de trembler à son arrivée sur la glace.

«Je garde la même approche depuis le début du camp, a-t-il expliqué. Je ne crois pas être plus nerveux. Je me préparerai de la meilleure des façons afin d’aider mon équipe à gagner.»

«La seule chose qui ne sera pas identique, c’est que nous dépendrons des conditions climatiques, a-t-il ajouté. Nous aurons un entraînement la veille du match [jeudi] et ça nous donnera une meilleure idée pour la lumière et tout. Plus nous approchons du jour J, j’imagine que nous regarderons plus souvent les prévisions météorologiques.»

Tuukka Rask, qui obtiendra assurément le départ pour les Bruins, se retrouvera dans le même bateau. Pour l’instant, on n’annonce pas une journée glaciale à Foxboro ni une tempête de neige. Si les météorologues ont fait la bonne lecture, la température devrait avoisiner les 4 degrés Celsius.

Après le match au BB&T Center, Therrien a refusé de confirmer l’identité de son gardien pour ce duel contre la bande à Zdeno Chara et Patrice Bergeron.

Un message simple

S’il reconnaît que ce match n’en sera pas un comme les autres, P.K. Subban cherchera surtout à ressortir du stade des Patriots avec une rare victoire.

«Je souhaite surtout gagner, peu importe, le type de rencontre, a mentionné le défenseur. C’est vrai que ce sera plus magique en jouant au Gillette Stadium devant probablement 70 000 personnes. Le message dans le vestiaire tournera sur le fait que nous voudrons premièrement remporter ce match, mais également profiter de l’expérience. Nous n’avons pas souvent la chance de vivre une telle rencontre.»

«On ne peut pas demander mieux comme classique hivernale avec un choc Boston-Montréal, a-t-il continué. Plus nous approchons de la date, plus j’ai hâte. Je trouve que ça fait longtemps que nous parlons de ce match, avec les "shows" de télévision et tout. Nous nous attendons à une bataille, surtout contre les Bruins. En plus, les deux équipes sont très proches au classement.»

Alex Galchenyuk, qui a amassé cinq points (deux buts, trois aides) à ses cinq derniers matchs, aura le même objectif.

«J’espère que nous réussirions à battre les Bruins afin de recommencer l’année sur de nouvelles bases, a-t-il dit. J’ai joué dehors quand j’étais un enfant, mais c’est la même histoire pour tout le monde dans cette équipe. Sauf que je n’ai jamais joué à l’extérieur dans un stade de football. Mon père jouait parfois des matchs dehors quand il était en Europe. C’était de petits arénas et il y n’avait pas beaucoup de partisans.»