Blue Jays

Martin tentera de se racheter contre les 4 Chevaliers

Publié | Mis à jour

Après avoir subi un cuisant revers de 14-2 l’an dernier, l’équipe de Russell Martin tentera de signer une douce revanche face aux 4 Chevaliers, samedi, aux Complexes sportifs Terrebonne.

Pour le public, l’occasion semble parfaite pour voir à l’œuvre, de très près, la grande vedette québécoise du baseball majeur. Le receveur des Blue Jays de Toronto ne garantit toutefois pas qu’il sera à la hauteur contre ceux qui ont plus d’un tour dans leur sac.

Quand Hulk Hogan, Britney Spears et Freddie Mercury, tous personnifiés par Ivan Naccarata, frappent chacun un circuit dans un match, ça peut devenir difficile pour le moral de l’adversaire. Et c’est sans compter sur la puissance au monticule des 4 Chevaliers.

«Le lanceur est à une quarantaine de pieds. Au temps de réaction, ça doit être équivalent à peu près à une rapide à 105 milles à l’heure. C’est vraiment dur», a estimé Martin, rencontré mardi à Boucherville.

«Je pense que j’avais commencé le match avec trois ou quatre retraits au bâton de suite lors de mes premières présences, l’an passé, s’est par ailleurs souvenu le joueur des Jays, avec le sourire. C’est sûr qu’il s’agissait de bonnes batailles, mais c’est vraiment un grand défi en raison de la vitesse et de la manière que la balle bouge. C’est différent du baseball!»

Renaud Lefort, des 4 Chevaliers, s’attend effectivement à une meilleure opposition de Martin au cours du prochain week-end.

«Avant l’année dernière, il n’avait jamais frappé une balle de softball de sa vie, a noté Lefort. Il ne savait pas dans quoi il s’embarquait. Il pensait que ça allait être relativement facile, mais on l’a surpris.»

Une arme secrète

Pour aider son club, Martin a par ailleurs fait appel, cette année, à un lanceur d’expérience, soit Pierre Lalonde, qui a déjà blanchi la nouvelle génération des 4 Chevaliers.

Le joueur de baseball Phillippe Aumont, l’ancien lanceur des Expos de Montréal Derek Aucoin, de même que l’ex-hockeyeur et animateur de la chaîne TVA Sports Dave Morissette, entre autres, seront également de la formation. Le descripteur Jacques Doucet agira pour sa part comme gérant de l’équipe Russell Martin.

«Je serais bien mal venu d’aller voir Russell et de lui dire de changer sa position au bâton, a commenté Doucet en riant. Je pense que mon rôle en sera davantage un de motivateur.»

«Faut vraiment raccourcir l’élan et pas besoin de la frapper super loin, simplement faire contact. Ils sont juste quatre sur le terrain», a poursuivi Martin, dont l’esprit de compétiteur refait inévitablement surface en vue de ce match.

Pour une bonne cause

Peu importe qui l’emportera samedi, les grands gagnants de cette deuxième Classique hivernale entre l’équipe de Russell Martin et les 4 Chevaliers seront ceux qui bénéficieront de la Fondation Jays Care.

«C’est une fondation qui vient en aide à plusieurs niveaux, a indiqué Martin. Elle met des sous là où on sent qu’il y a vraiment un besoin chez les enfants à travers le Canada.»

La Fondation Jays Care s’est notamment impliquée dans la rénovation de deux stades de baseball au Québec.

«C'est une partie de plaisir, on fait ça pour amasser des fonds, a dit Doucet. Le but principal, c’est qu’il y ait beaucoup de gens et que tout le monde s’amuse. Je pense qu’on va avoir un très bon spectacle.»