LNH

«Je ne fais pas partie des plans» -Lecavalier

Publié | Mis à jour

Vincent Lecavalier ne veut pas faire de déclarations incendiaires, mais il n’est pas dupe.

Questionné à savoir s’il croit que les Flyers les Philadelphie ont jeté la serviette dans son cas, il n’a pas hésité à répondre.

«C’est assez évident», a-t-il dit aux journalistes, lundi, en marge de l’affrontement face aux Sénateurs d’Ottawa.

Lecavalier n’a aucun but cette saison, même qu’il n’a pas marqué depuis le 1er avril dernier. Le 412e but de sa carrière devra attendre, puisque l’entraîneur Dave Haskol l’enverra sur la passerelle de presse pour un neuvième match consécutif, ce mardi.

Peu importe la frustration éprouvée, l’attaquant de 35 ans ne songe pas à la retraite. Il entend écouler les deux dernières saisons à son contrat de cinq ans, 22,5 millions $.

«J’ai une belle force de caractère. La retraite ne m’est pas venue en tête», a-t-il expliqué, en reconnaissant qu’il n’est pas dans les plans de son instructeur, malgré le fait que les Flyers aient eu trois blessés récemment.

«[Haskol] fait jouer ceux qu’il veut voir dans la formation. Je ne sais pas si je dois dire quoi que ce soit. Ça en dit long quand on regarde qui joue. Ça ne me fait pas de bien d’exprimer ma pensée.

«C’est leur vision et de toute évidence, je ne fais pas partie [des plans] en ce moment.»

Lecavalier se concentre donc sur les aspects qu’il peut contrôler. Il dit donner l’effort maximal pendant les entraînements et continue de croire qu’il peut aider l’équipe sur l’un des deux premiers trios. Ou bien l’attaque d’une formation rivale.

«C’est difficile lorsque tu ne joues pas. J’essaie de m’entraîner afin de me garder à mon plus haut niveau de compétition. Si j’obtiens une chance ou [une transaction], je serai prêt.»