MLB

Les Jays doivent s'améliorer au monticule

Publié | Mis à jour

Assumant que son propre dossier sera réglé tôt ou tard, le directeur général Alex Anthopolos s’affaire déjà à mettre en place la formation des Blue Jays de Toronto en vue de la saison 2016.

«On a commencé après le dernier retrait et nous regardons devant», a indiqué le Montréalais d’origine.

De toute évidence, les Jays n’ont absolument rien à envier aux autres équipes sur le plan offensif, mais une meilleure profondeur est souhaitable au monticule.

«Nous avons la possibilité de garder notre offensive intacte, mais ça ne veut pas dire qu’on ne tentera pas de s’améliorer si on a l’occasion de le faire, a laissé entendre Anthopoulos. Il y a les joueurs autonomes, mais aussi des transactions qui demeurent possibles, si on sent qu’on devient meilleurs.»

Concrètement, les Jays ont déjà entamé des discussions pour retenir les services du lanceur Marco Estrada.

«On va faire ce qu’on peut pour le ramener», a simplement dit le directeur général.

On devine par ailleurs que la formation torontoise exercera son option dans les dossiers de Jose Bautista et Edwin Encarnacion. Dans le cas de Josh Donaldson, un arbitre devra visiblement décider de son salaire.

Le dossier de R.A. Dickey, qui pourrait demeurer à Toronto pour une somme de 12 millions $, est moins évident. Aux Jays de choisir!

«Il s’est placé dans une bonne position, a brièvement commenté Anthopoulos, concernant le partant qui fêtera ses 41 ans, ce jeudi. Il a été incroyable en deuxième moitié de saison pour nous aider à participer aux éliminatoires.»

Une mentalité à respecter

Si les Jays veulent évidemment compter sur des joueurs talentueux, le directeur général a mentionné l’importance d’attirer un type d’athlète correspondant à la mentalité de l’équipe. Afin d’illustrer ses propos, il a cité l’exemple de joueurs comme Russell Martin et Troy Tulowitzki.

«Ce sont des gars qui veulent gagner et pour qui le sort de l’équipe passe en premier, a noté Anthopoulos. Ils travaillent fort et sont intelligents.»

Grâce au succès connu lors de la dernière saison, Anthopoulos estime que les Blue Jays, qui ont présenté un dossier de 93-69, sont mieux placés pour attirer les bons joueurs.

«Il y a peut-être aussi plus d’intérêt des athlètes à cause des foules», s’est également avancé le directeur général.

Convaincre Price

Parmi les dossiers au-dessus de la pile, il va sans dire que les Jays aimeraient conclure une entente avec le lanceur David Price, lequel sera particulièrement populaire sur le marché des joueurs autonomes.

«C’est un joueur qui correspond à la culture de l’équipe, a justement indiqué Anthopoulos. Le fait qu’il ait passé du temps avec nous, cette année, peut certainement nous aider. Il aime Toronto et il a vu l’enthousiasme des partisans.»

Avec ou sans Price, les Jays devront colmater quelques brèches, mais le retour de plusieurs jeunes, comme le voltigeur Kevin Pillar ou les lanceurs Marcus Stroman et Roberto Osuna, semblent déjà promettre un bel avenir.

«Il y en a moins à faire maintenant comparativement à l’an dernier», a lui-même reconnu Anthopoulos.

Reste que Price, Estrada et Dickey faisaient tous partie de la rotation.