Canadiens de Montréal

Mike Condon efficace

Agence QMI / Jean-François Chaumont 

Publié | Mis à jour

Mike Condon n’avait jamais eu l’occasion d’enfiler les jambières pour un match préparatoire dans la LNH. À sa première expérience, l’Américain n’a pas raté son coup.

«Oui, je suis assez vieux à 25 ans pour obtenir un premier match préparatoire, a dit le sympathique gardien après la rencontre. Mais les gardiens ont souvent besoin de plus de temps. Il n’y a pas d’urgence pour moi.»

Condon ne ressemblait en rien à un gardien nerveux. Il a repoussé les 21 tirs des Capitals, qui avaient une bonne machine sur le plan offensif.

En prolongation seulement, le gardien originaire du Massachusetts a bloqué sept tirs, dont trois qui provenaient du bâton d’Ovechkin.

«Tu le sais quand le numéro 8 est sur la glace et je gardais un œil sur lui lors du trois contre quatre en prolongation, a expliqué Condon. Il a tellement un tir puissant. Heureusement, il ne m’a pas déjoué. J’étais content de briser la glace dans un match préparatoire.»

Seul T.J. Oshie a trouvé une façon de le battre en tirs de barrage. Il n’a pas à rougir du fait qu’il a été surpris par le nouvel ailier des Caps. Aux Jeux olympiques de Sotchi, Oshie avait connu un match magique en fusillade contre la Russie.

«Quand Oshie s’est présenté devant moi, j’ai essayé de me souvenir ce qu’il avait fait contre Bobrovsky aux JO, a souligné Condon. Mais visiblement, je ne m’en rappelais pas. Il m’a battu avec un bon tir du revers. J’aurai ma revanche un jour.»

Une lutte?

Il n’y aura jamais une lutte pour le poste de gardien numéro un à Montréal avec Carey Price. Mais il pourrait y avoir un enjeu pour le rôle d’adjoint. Dustin Tokarski devra rapidement se méfier de Condon, surtout que ce dernier gagnera un salaire uniquement de la LNH à partir de la saison 2016-2017.

«Plus je deviens vieux, plus je deviens philosophe et je vois ça un jour à la fois, a répliqué Condon au sujet d’une possible lutte pour le poste d’adjoint. Je ne veux pas m’asseoir sur mes lauriers et je veux jouer dans la meilleure ligue au monde le plus tôt possible, mais ça ne me servirait à rien de me mettre de la pression. Je suivrai les étapes. Je sais que ça sonne cliché, mais je suis un grand partisan de Bill Belichick et des Patriots dans la NFL.»

Réponse diplomate

En conférence de presse, Michel Therrien n’a absolument pas voulu s’aventurer dans le débat du deuxième gardien.

Questionné à savoir si Condon pourrait remplacer Tokarski, l’entraîneur en chef a préféré offrir des fleurs aux deux gardiens.

«Les deux gardiens ont bien joué, a dit Therrien. C’est ce que je retiens de ce match. Condon a bien fait ça. Mais Tokarski a aussi bien joué avec de gros arrêts en première période. En première, nous manquions d’énergie.»