Club de foot Montréal

Biello lance un appel à la fierté

Publié | Mis à jour

Mauro Biello a parlé de fierté de porter le maillot de l’Impact de Montréal dans sa première rencontre avec les médias depuis qu’il a été nommé entraîneur-chef intérimaire.

L’éternel adjoint, celui qui a travaillé dans l’ombre obtient finalement son premier rôle et il a paru plus convaincant que l’état-major, dimanche.

«J’accepte ce poste avec grande fierté. Mon travail sera de faire ressortir le talent qu’il y a dans cette équipe. On a un groupe talentueux avec des joueurs de haut niveau», a lancé Biello avec conviction.

«Ça fait plus de 20 ans que je suis ici, j’ai cette fierté et je veux le transmettre à mes joueurs. Je veux un groupe qui va se battre.»

L’Impact n’a pas connu la victoire à ses quatre derniers matchs et n’a gagné qu’une fois en août (1-4-2)

Bien que passionné, Biello sait aussi analyser les choses la tête froide. Il sait donc à quoi il s’attend.

«Je suis quelqu’un qui réfléchit avant d’agir, je suis positif, persévérant. J’étais comme ça quand j’étais joueur et je vais être comme ça comme entraîneur.

«Je sais exactement dans quoi je m’embarque. Je vois une opportunité qui se présente à moi.»

Et si la direction décidait de ne pas poursuivre l’expérience à la fin de la saison et qu’elle optait pour un autre entraîneur, resterait-il en tant qu’adjoint?

«Je verrai ce que l’avenir me réserve, mais pour le moment je me concentre sur ça.»

Recentrer

Bien que Frank Klopas ait été décrié par plus d’un partisan, Biello croit qu’il n’est pas l’unique responsable.

«Je ne pense pas qu’il a perdu le vestiaire, les derniers matchs en sont un bon exemple, soutient-il. Il n’y a pas un joueur qui veut mal paraître sur le terrain.

«On a eu de bonnes performances, mais on n’a pas eu les résultats et quand ça arrive, un petit doute s’installe et ça commence à se voir sur le terrain.»

Il estime donc qu’il devra recentrer l’équipe pour le dernier droit de la saison.

«Je veux prendre un nouveau départ et de la bonne manière.»

Communication

«Je vais parler avec les joueurs demain et je vais leur expliquer ce que j’attends d’eux, je veux leur parler de leur rôle et de leurs responsabilités.»

Biello, qui présente une fiche de 4-2-4 quand il a dirigé l’équipe lors de suspensions dans les divers championnats, dit avoir assez d’expérience pour la tâche.

«J’ai déjà été mis dans des situations où j’étais en charge dans des matchs où les entraîneurs étaient suspendus. J’ai eu l’équipe quand on est allés en Italie. Ma communication va être différente, c’est normal.»

Selon une radio montréalaise, Frank Klopas et Nick De Santis ont été vus à une même table lundi midi.