Boxe

Larouche a l'impression de revoir Bute

Mathieu Boulay 

Publié | Mis à jour

Lors des années 2000, on a été témoin de l’éclosion de la filière roumaine dans le monde de la boxe au Québec. Voilà maintenant qu’on pourrait assister à l’émergence de celle du Kazakhstan.

C’est le nouvel objectif de celle qui a permis aux amateurs de découvrir le Tchétchène Artur Beterbiev, Anna Reva. Mardi, elle a présenté son nouveau poulain aux médias montréalais: Batyr Jukenbayev.

Âgé de 24 ans seulement, le gaucher avait une bonne réputation chez les amateurs avec plus de 200 combats derrière la cravate sans remporter de grands tournois internationaux.

«Il a tous les éléments nécessaires pour obtenir du succès sur le ring, a déclaré la gérante du Kazakh, Anna Reva. Il est excitant à regarder et c’est un cogneur qui ne déteste pas y aller pour des échanges ouverts.»

«J’estime qu’il a le même style que Gennady Golovkin, mais en gaucher. Il devrait évoluer chez les 135 ou les 140 lb.»

Montréal était l’endroit parfait pour amorcer une carrière professionnelle selon le principal intéressé.

«J’ai entendu beaucoup de bonnes choses sur cette ville et la boxe d’ici s’est beaucoup développée au cours des dernières années», a souligné Jukenbayev.

«Pour ce qui est de ma carrière, je veux y aller une étape à la fois. Je veux faire parler mon talent et par la suite, ça va dépendre des décisions de mon équipe. Je suis prêt à affronter n’importe qui.»

Une évaluation intéressante

Le boxeur kazakh s’entraîne au gymnase du Centre Claude-Robillard depuis un mois. Durant cette période de temps, son nouveau mentor a été en mesure de l’examiner sous toutes ses coutures.

«C’est un gars extrêmement stimulant, a indiqué Stéphan Larouche. Il possède un bon mélange de coordination et d’explosivité qui est important pour avoir du succès.»

«Chez les amateurs, il se battait souvent comme un pro. Il aime aller à la guerre et il a un style qui va plaire aux amateurs d’ici.»

De plus, à l’entraînement, Jukenbayev est un bourreau de travail.

«Il veut toujours en donner plus. C’est rafraîchissant, a ajouté Larouche. La dernière fois qu’un boxeur a fait tourner les têtes comme lui, c’était lors de l’arrivée de Lucian Bute.»

L’homme de boxe veut donner le temps à son poulain de bien s’acclimater à son nouvel environnement avant de passer aux choses sérieuses.

Son premier combat est prévu pour le 19 septembre lors du gala pro-am de la Fondation Ghislain Maduma présenté au Bain Mathieu.

Comme Beterbiev

C’est par ses contacts au Kazakhstan qu’Anna Reva a recruté son nouveau protégé.

«Ça ressemble à la façon dont j’ai attiré Artur [Beterbiev] chez nous et c’est grâce à mes contacts que j’ai pu réussir cette mission, a raconté la femme d’affaires. De plus, je connais des gens qui sont prêts à investir dans la boxe au Canada.»

Si sa nouvelle association avec Larouche se déroule bien, elle aimerait lui confier d’autres boxeurs de talent dans les prochaines années.

(D’après un reportage de Nancy Audet)