Crédit : USA Today Sports

Cyclisme

Un autre triomphe pour Hugo Barrette

Publié | Mis à jour

«En finale, ça aurait pris un miracle pour me battre», a dit le cycliste Hugo Barrette juste après son triomphe au sprint individuel sur piste, samedi, au vélodrome de Milton.

Le Québécois a remporté sa deuxième médaille d’or des Jeux panaméricains de Toronto en disposant de Njisane Phillip, de Trinité-et-Tobago, qui détient le record des Jeux sur la distance. Il n’a eu besoin que de deux courses sur une possibilité de trois pour le vaincre.

«Je pense que c’est le plus beau moment de ma carrière. C’est formidable de remporter deux médailles d’or ici au Canada, devant mes parents, mes amis et ma famille qui ont toujours été derrière moi. Ils n’ont pas l’occasion de me voir souvent, car nous sommes toujours à l’extérieur. C’était très émotif», a raconté l’athlète qui, après avoir fait le tour du circuit avec le drapeau canadien, a traversé la piste à pied pour aller faire une accolade à ses parents assis aux premières loges.

«Je dois dire qu’en arrivant ici, je m’attendais à gagner deux médailles d’or, mais pas au sprint. C’est vraiment incroyable d’avoir remporté cette épreuve qui est en fait l’épreuve reine du cyclisme sur piste. C’est mieux que je pouvais demander», a confié Barrette.

En matinée, l’athlète de Cap-aux-Meules avait disposé du champion en titre au sprint individuel, le Vénézuélien Hersony Canelon Vera, lors des deux premiers duels de demi-finales.

«Je savais que j’y allais pour l’or. Dès ce matin [samedi], quand je me suis levé, j’étais confiant comme jamais. Je ne voulais pas d’autre médaille que la meilleure.»

Vendredi, Barrette avait tout donné pour atteindre les demi-finales.

Après avoir dominé les qualifications, il avait été relégué au repêchage, puis avait sorti du tableau le favori de l’épreuve en quart de finale, le Colombien Fabián Hernando Puerta Zapata.

 

«En quart de finale, j’ai battu le coureur classé premier au monde. Aujourd’hui [samedi], j’étais en demi-finale contre un athlète qui a fini septième aux Mondiaux et j’ai gagné. En finale, je ne dirais pas que c’était dans la poche, mais ça aurait pris un miracle pour qu’il me batte. Je l’ai vaincu environ une dizaine de fois, alors je savais que j’étais le plus rapide des deux», a indiqué le Madelinot.

Le médaillé d’or au sprint individuel et par équipe remontera sur son vélo dimanche, pour tenter le triplé en gagnant le Keirin.

Pelletier-Roy pourrait se consoler avec le bronze

En action à la poursuite par équipe, Rémi Pelletier-Roy, Adam Jamieson, Éric Johnstone et Sean Mackinnon ont perdu leur duel face à la formation argentine (4 min 8,084 s) au premier tour de l’épreuve. Leur chrono de 4:11,731 leur a cependant permis de se qualifier pour participer à la finale pour l’obtention du bronze dimanche.

Il y a eu un malentendu entre les quatre cyclistes qui leur a fait perdre du temps précieux.

«Je ne sais pas exactement ce qui s’est passé, a affirmé le Pelletier-Roy. Habituellement, c’est normal que nous perdions un coéquipier, parce que c’est prévu comme ça, mais là, je pense que nous en avions déjà perdu un et qu’un deuxième a décidé de partir. Il y a eu un malentendu. C’est dommage parce que nous avions vraiment un bon rythme. Nous sommes partis vraiment forts et nous aurions pu battre l’Argentine et aller en finale pour l’or.»

En qualifications samedi matin, les Canadiens avaient inscrit le troisième meilleur temps (4:07,656), derrière les Colombiens (4:06,758) et les Argentins (4:07,092).

«Aller en finale pour le bronze, c’est quand même bien. Une médaille me consolerait de ma cinquième place à l’omnium. Ce soir [samedi], je vais prendre le temps de récupérer parce que j’ai concouru à l’omnium pendant deux grosses journées.

«Je suis content d’avoir quand même été choisi pour participer à deux courses aujourd’hui [samedi]. Ça prouve que l’entraîneur me fait confiance. Avec du repos, je peux être encore plus fort, donc je pense que nous pouvons aller encore plus vite que samedi matin si nous ne faisons pas d’erreurs.»

Les représentants de l’unifolié se mesureront aux cyclistes du Venezuela dimanche soir pour tenter de se tailler une place sur le podium.