Sports divers

Une rencontre inattendue pour Comaneci

Publié | Mis à jour

En pénétrant dans le gymnase de l’Institut national du sport du Québec mercredi matin, Nadia Comaneci ne s’attendait certainement pas à tomber face à une ex-coéquipière roumaine.

Une longue étreinte a suivi et les yeux des deux dames ont brillé.

«C’est Marilena, a indiqué Comaneci, avec émotion. Elle était la réserviste dans notre équipe en 1976 et je ne l’avais pas vue depuis une trentaine d’années. C’est une grande surprise.»

Marilena Neacsu, qui était la septième gymnaste de l’équipe roumaine aux Jeux olympiques de Montréal, a elle-même adopté la métropole depuis plus de deux décennies. Elle enseigne maintenant son sport aux jeunes Québécois.

La dernière fois que les deux femmes s’étaient vues, c'était au milieu des années 1980. Neacsu travaillait à l'époque dans un gymnase de la ville de Deva, en Roumanie, pendant que Comaneci oeuvrait plutôt à Bucarest. Elles se croisaient, à l'occasion, lors de différentes compétitions.

Depuis, l’une vit à Montréal, l’autre aux États-Unis.

«On a passé beaucoup de temps ensemble quand nous étions jeunes, a noté Neacsu. Ça fait du bien de revoir de vieilles connaissances.»

«Nadia, ça restera toujours Nadia, a-t-elle repris, avec admiration. Je ne sais pas si quelqu’un, un moment donné, saura arriver à son niveau.»

Neascu se rappelle très bien des moments vécus avec sa compatriote Comaneci à Montréal, notamment lors de l’attribution de cette première note parfaite aux barres asymétriques.

«Nous étions très contentes. On dirait que c’était son 10, mais c’était aussi notre 10 à nous», a résumé fièrement Neacsu.