Joueurs autonomes 2015

«Je ne suis pas nécessairement inquiet» - Bergeron

Publié | Mis à jour

Les Bruins de Boston ont procédé à beaucoup de changements qui ont fait jaser dans les derniers jours, mais l’attaquant Patrice Bergeron demeure serein devant la situation.

Ses coéquipiers Dougie Hamilton et Milan Lucic ont été échangés tandis que l’agitateur Zac Rinaldo a été amené en renfort. Des gestes du directeur général Don Sweeney qui ont été vertement critiqués un peu partout dans la LNH, surtout pour le retour obtenu dans les transactions.

Bergeron, qui était de passage dans la région de Québec vendredi, ne s’en fait pas outre mesure.

«J'imagine que les Bruins ont leurs raisons et je ne suis pas nécessairement inquiet avec les défenseurs qu'on a en ce moment», a-t-il observé.

Il ne croit pas non plus que l’équipe est en train de se rebâtir, après avoir raté les séries l’an dernier.

«Je ne pense pas (que ce soit une reconstruction). Je pense que le noyau de joueurs, de vétérans est encore là», a-t-il souligné.

Quant aux rumeurs voulant que Hamilton n’était pas apprécié dans le vestiaire des Bruins, c’est faux, a-t-il affirmé.

«C'est un bon coéquipier, un jeune joueur qui apprenait (...) Je pense que c'est vraiment des rumeurs.»

Beleskey, un bon coup

Bergeron s’est réjoui de l’arrivée de l’ancien des Ducks Matt Beleskey au sein de l’équipe. L’attaquant a paraphé une entente de cinq ans avec les Bruins.

«Il a eu une très bonne saison et il a marqué de gros buts pour les Ducks en séries, a-t-il indiqué. On est très contents de l'avoir. C'est un joueur qui a beaucoup de caractère, travaille très fort, toujours sur la rondelle et il marque beaucoup ses buts autour du filet. Ce sont des choses qui nous manquaient l'an passé.»

Hommage à St-Louis

Bergeron a aussi tenu à rendre hommage à Martin St-Louis, qui a annoncé sa retraite jeudi, à l’âge de 40 ans.

«Ses statistiques parlent d'elles-mêmes : au-dessus de 1000 points dans la LNH, je pense que c'est quelque chose qui est extrêmement difficile à faire, a soutenu le joueur de centre. Au-dessus de 1000 matchs pour un joueur qui n'a pas été repêché, qui a un petit gabarit surtout dans l'ancienne LNH.

«C'était quelqu'un que j’admirais en tant que jeune joueur et je suis très fier de dire que c'est un Québécois. Je lui souhaite la meilleure des chances pour le futur.»