LNH

Huit faits saillants de la carrière de St-Louis

Publié | Mis à jour

Voici huit moments marquants de la carrière de Martin St-Louis, qui a annoncé sa retraite jeudi

1- L’athlète originaire de Laval a connu une carrière retentissante au niveau universitaire avec les Catamounts de l’Université du Vermont, de 1993 à 1997. En quatre saisons au sein de la NCAA, le petit attaquant a été nommé deux fois pour l’obtention du trophée Hobey-Baker, remis au meilleur élément du circuit universitaire américain. Aux côtés de son ami Éric Perrin, il a inscrit 267 points en 139 matchs, un record de l’institution qui tient toujours.

2 – Malgré ses succès à l’université, St-Louis a été ignoré par toutes les équipes au repêchage de la Ligue nationale de hockey. Après avoir brillé dans la défunte Ligue internationale, le Québécois a finalement attiré l’attention des Flames de Calgary, qui lui offert un contrat des ligues mineures en 1998.

3 – Incapable de percer la formation à Calgary, St-Louis a été libéré en 2000 pour s’entendre quelques mois plus tard avec le Lightning de Tampa Bay. Après une première campagne encourageante (40 points en 78 rencontres), c’est finalement en 2002-2003 qu’il se hisse parmi les meneurs offensifs de la Ligue nationale avec 70 points, dont 33 buts.

4 – Lors de la saison suivante, St-Louis s’est établi parmi l’élite de la LNH. Ses 94 points lui ont valu un premier trophée Art-Ross, tandis qu’en compagnie des Brad Richards et Vincent Lecavalier, il a mené le Lightning à la conquête de la coupe Stanley. Il a également mis la main sur le trophée Hart et Lester-B.-Pearson au terme de la saison.

5 – Véritable homme de fer du Lightning, St-Louis a maintenu une production offensive aux alentours d’un point par match lors des campagnes subséquentes. Il a d’ailleurs mérité un second trophée Art-Ross en 2013, après la saison écourtée par le lock-out, à l’âge vénérable de 37 ans. Entre temps, il a également obtenu trois fois le Lady-Bing pour ses qualités de gentilhomme.

6- Après 13 saisons à Tampa Bay, St-Louis a été échangé aux Rangers de New York le 5 mars 2014. Quelques mois plus tôt, le directeur général de l’équipe olympique canadienne Steve Yzerman, qui était également son DG en Floride, l’avait ignoré en vue des Jeux olympiques de Sotchi. Il a finalement aidé le Canada à remporter l’or en remplacement de son coéquipier Steven Stamkos, blessé à une jambe.

7 – Après des débuts boiteux avec les Rangers (un seul but en 19 matchs), St-Louis est parvenu à guider son équipe jusqu’en finale de la Coupe Stanley. Rassemblés autour du vétéran, qui a perdu sa mère durant les séries éliminatoires, les «Blueshirts» ont éliminé successivement les Flyers de Philadelphie, les Penguins de Pittsburgh et le Canadien de Montréal, avant de s’incliner contre les Kings de Los Angeles.

8 – Le 2 juillet 2015, après une dernière saison honorable de 52 points en 74 rencontres, le rapide attaquant annonce sa retraite. Il se retire avec 1033 points en 1134 parties dans la LNH et une place quasi assurée au Temple de renommée du hockey.