NHL: St. Louis Blues at Dallas Stars

Crédit : USA Today Sports

Repêchage 2015

Top 10 des plus grands vols : positions 10 à 6

Publié | Mis à jour

En prélude au repêchage de la LNH, qui se déroulera ce week-end à Sunrise, en Floride, et qui sera diffusé à TVA Sports, nous avons préparé un top 10 des plus grands vols réalisés au cours des 25 dernières années.

Voici aujourd’hui les positions 10 à 6 :

10. Jamie Benn (Stars de Dallas, 5e tour, 129e au total, 2007)

Jamie Benn semblait être destiné à atterrir dans les mentions honorables. L’obtention du trophée Art-Ross en 2014-2015 a changé la donne.

Le Canadien a été sélectionné par les Stars de Dallas au cinquième tour, le 129e au total, du repêchage de 2007.

En 426 duels de saison régulière, Benn a amassé 359 points, dont les 87 qui lui ont permis décrocher le championnat des pointeurs de la LNH lors de la dernière campagne.

Benn a également décroché l’or olympique avec le Canada lors des derniers Jeux olympiques de Sotchi.

9. Jonathan Quick (Kings de Los Angeles, 3e tour, 72e au total, 2005)

Jonathan Quick est un choix de troisième tour, ce qui est tout de même relativement tôt, lors du repêchage de 2005, par les Kings de Los Angeles.

Même si Quick a été sélectionné au 72e rang au total, il est plutôt difficile d’ignorer un double vainqueur de la coupe Stanley.

Depuis ses débuts en 2007-2008, Quick a obtenu 212 victoires en 207 rencontres avec un taux d’efficacité de ,915 et une moyenne de buts alloués de 2,27.

Ce sont toutefois ses performances lors des séries éliminatoires qui ont fait de lui un gardien d’élite, notamment lors de la saison 2011-2012 où il avait conservé un taux d’efficacité de ,946 et une minime moyenne de buts alloués de 1,41.

Il avait remporté la coupe Stanley et le trophée Conn-Smythe cette année-là avec les Kings.

8. Pekka Rinne (Predators de Nashville, 8e tour, 258e au total, 2004)

Les Islanders de New York ont sélectionné le gardien de but Al Montoya au sixième rang au total lors du repêchage de 2004.

Toutefois, plus de 10 ans plus tard, il est loin d’être le meilleur gardien sélectionné lors de ce repêchage. Et le plus dominant, il a entendu son nom lors du huitième tour, à la toute fin, lorsque les Predators de Nashville ont sélectionné l’imposant Finlandais Pekka Rinne.

Quel risque y a-t-il de jeter son dévolu sur un gardien de 6 pi 5 po avec un choix éloigné? Bien peu. C’est probablement ce que les Predators se sont dit. Et le pari a rapporté.

Rinne n’a jamais remporté de trophée Vézina et n’a jamais soulevé la coupe Stanley, mais a été au cœur des succès des Predators en saison régulière.

L’ascension a été longue pour Rinne, qui a disputé plus d’une centaine de matchs, sur trois saisons dans la Ligue américaine de hockey avec les Admirals de Milwaukee.

Le Finlandais a toutefois récolté 29 victoires et maintenu un taux d’efficacité de ,917 ainsi qu’une moyenne de buts alloués de 2,38 à sa première vraie saison dans la LNH en 2008-2009, en 52 matchs.

Rinne a connu deux fois des saisons de plus de 40 gains, dont 41 en 2014-2015. Son parcours a toutefois été un peu assombri entre 2012 et 2014, ayant été ralenti par les blessures.

Rinne suit ainsi les traces de l’un de ses prédécesseurs, son compatriote Miikka Kiprusoff, qui a lui aussi été un choix lointain au repêchage, au 5e tour, le 116e au total, de l’encan amateur de 1995.

7. Kimmo Timonen (Kings de Los Angeles, 10e tour, 250e au total, 1993)

Le défenseur Finlandais Kimmo Timonen a été une force à la ligne bleue dans la LNH dans les années 2000.

Le vieillissant joueur d’arrière de 40 ans a même continué d’être parmi l’élite lors des dernières campagnes.

Timonen a disputé 1108 matchs joués dans la LNH et récolté 571 points, dont 117 buts. Les Kings de Los Angeles, qui l’avaient sélectionné au 10e tour, le 250e au total, en 1993, se mordent probablement les doigts à la lecture de celles-ci. Et pour cause.

Après sa sélection en 1993, Timomen a disputé cinq autres saisons dans son pays natal avant de faire le saut en Amérique du Nord lors de la saison 1998-1999 avec les Predators de Nashville. Ces derniers l’avaient acquis des Kings quelques mois plus tôt.

Il a passé huit saisons au Tennessee avant de prendre la route de la Pennsylvanie où il a passé sept autres campagnes.

En 2014-2015, il a enfilé l’uniforme des Blackhawks de Chicago avec qui il a remporté la seule coupe Stanley de sa carrière.

6. Peter Bondra (Capitals de Washington, 8e tour, 156e au total, 1990)

Au début des années 1990, le Rideau de Fer levait tranquillement son voile sur une Europe divisée depuis plusieurs décennies.

De leur côté, les équipes de la LNH jetaient leur dévolu de plus en plus sur des joueurs provenant de l’U.R.S.S et de ses pays satellites. En particulier la Tchécoslovaquie (maintenant la République tchèque).

Si les Penguins de Pittsburgh ont sélectionné le diamant Jaromir Jagr, au premier tour, le cinquième au total, les Capitals de Washington ont frappé un coup de circuit au huitième tour, avec la sélection de Peter Bondra.

Neuf joueurs repêchés au premier tour de cet encan amateur ont atteint le plateau de 1000 matchs en carrière (Owen Nolan, Mike Ricci, Jagr, Darryl Sydor, Derian Hatcher, Brad May, Keith Tkachuk, Martin Brodeur et Bryan Smolinski).

Puis, six autres joueurs de cette cohorte ont réussi cet exploit. Bondra est celui qui a été repêché le plus tardivement.

Au final, celui qui est né en Ukraine a amassé 892 points, dont 503 buts, en 1081 duels dans le circuit Bettman. Il a réussi deux campagnes de plus de 50 buts, en 1995-1996 et 1997-1998.

En 14 saisons à Washington, Bondra a récolté 825 points, qui était, jusqu’à tout récemment un record d’équipe. Alex Ovechkin l’a surpassé il y a quelques mois.