Terry Ryan

Photo : Terry Ryan Crédit : www.legendsofhockey.net

Repêchage 2015

Top 10 des plus grandes déceptions : positions 10 à 6

Publié | Mis à jour

On le sait, le repêchage est une science inexacte : certains choix sont heureux, d’autres non.

En prélude à l’encan amateur de la LNH, qui se déroulera cette semaine à Sunrise, en Floride, et qui sera diffusé à TVA Sports, nous avons préparé un top 10 des plus grandes déceptions depuis 1990.

Voici aujourd’hui les positions 10 à 6 :

10. Terry Ryan (Canadiens de Montréal, 8e choix au total, 1995)

Au cours des 25 dernières années, les Canadiens de Montréal ont rarement été parmi les 10 premières équipes à révéler l’identité de leur choix au repêchage. En fait, le tout s’est produit à cinq reprises.

Le Tricolore a eu la chance de mettre la main sur Alex Galchenyuk (2012) et Carey Price (2005), respectivement au troisième et cinquième échelon de l’encan amateur. Ces deux joueurs forment une partie du noyau de l’équipe à l’heure actuelle.

En 2001 et 2003, la Sainte-Flanelle avait jeté son dévolu sur, dans l’ordre, Mike Komisarek et Andrei Kostitsyn. Sans avoir marqué l’histoire des Canadiens, ils n’ont pas nécessairement été une catastrophe, dans l’esprit le plus pur du terme.

C’est pourtant ce qui s’est passé en 1995 alors que le Tricolore avait fait de l’attaquant Terry Ryan, le huitième choix au total du repêchage.

Ryan venait pourtant d’enchaîner deux saisons productives avec les Americans de Tri-City dans la Ligue de l’Ouest (WHL), avec 110 points en 70 matchs en 1994-1995 et 69 points en 59 duels en 1995-1996.

Mais Ryan a plus que déçu, ne disputant que huit parties dans l’uniforme bleu-blanc-rouge entre 1996-1997 et 1998-1999. Il n’a jamais plus rejoué dans la LNH par la suite. Il a erré dans la Ligue américaine de hockey avec les Canadiens de Fredericton, notamment, la Ligue internationale de hockey et plusieurs autres ligues de second ordre.

Outre Ryan, le Tricolore a également complètement raté son coup en 1991 avec Brent Bilodeau, au 17e échelon, et David Fischer en 2006, en 20e position.

Choix de 1er du tour des Canadiens depuis 1990 : 

1990 : Turner Stevenson, 12e (644 matchs)
1991 : Brent Bilodeau, 17e (0 match)
1992 : David Wilkie, 20e (167 matchs)
1993 : Saku Koivu, 21e (1124 matchs)
1994 : Brad Brown, 18e (330 matchs)
1995 : Terry Ryan, 8e (8 matchs)
1996 : Matt Higgins, 18e (57 matchs)
1997 : Jason Ward, 11e (336 matchs)
1998 : Éric Chouinard, 16e (90 matchs)
1999 : -
2000 : Ron Hainsey, 13e (754 matchs)
Marcel Hossa, 16e (237 matchs)
2001 : Mike Komisarek, 7e (551 matchs)
2002 : Chris Higgins, 14e (678 matchs)
2003 : Andrei Kostitsyn, 10e (398 matchs)
2004 : Kyle Chipchura, 18e (412 matchs)
2005 : Carey Price, 5e (435 matchs)
2006 : David Fischer, 20e (0 match)
2007 : Ryan McDonagh, 12e (317 matchs)
Max Pacioretty, 22e (399 matchs)
2008 : Danny Kristo, 56e (0 match)
2009 : Louis Leblanc, 18e (50 matchs)
2010 : Jarred Tinordi, 22e (43 matchs)
2011 : Nathan Beaulieu, 17e (87 matchs)
2012 : Alex Galchenyuk, 3e (193 matchs)
2013 : Michael McCarron, 25e (0 match)
2014 : Nikita Scherbak, 26e (0 match)

9. Jason Bonsignore (Oilers d’Edmonton, 4e choix au total, 1994)

À 6 pi 4 po, l’attaquant Jason Bonsignore aurait pu représenter une affaire en or pour l’équipe qui l’aurait repêché.

Bonsignore venait tout de même de connaître une saison de 86 points dans la Ligue de l’Ontario lors de la saison 1993-1994 avant de voir les Oilers le sélectionner au quatrième rang au total lors de l’encan amateur.

L’Américain n’a jamais vraiment su faire sa place en Alberta, ne disputant que 21 parties, récoltant au passage trois petits points.

Quelques saisons plus tard, le Lightning de Tampa Bay lui a accordé une deuxième chance entre 1997-1998 et 1998-1999. L’attaquant a répondu avec 13 points en 58 duels.

Après son passage en Floride, Bonsignore a continué sa carrière de hockeyeur professionnel dans la Ligue américaine de hockey, la Ligue internationale de hockey, la ECHL ainsi qu’en deuxième ligue suisse et première division finlandaise.

8. Alexander Volchkov (Capitals de Washington, 4e choix au total, 1996)

Le repêchage de 1996 ne passera pas à l’histoire pour la justesse des choix des recruteurs. Et c’est avec des sélections comme celle d’Alexander Volchkov, au quatrième rang au total par les Capitals de Washington, que l’on s’en rend compte.

Volchkov avait amassé 145 points en 103 matchs avec les Colts de Barrie dans la Ligue de l’Ontario (OHL) en 1995-1996 et 1996-1997.

Le natif de Moscou a pris part à trois maigres parties, en 1999-2000, avec les Caps. Il n’a récolté aucun point.

Le Russe a plutôt évolué dans la Ligue américaine de hockey et dans la Ligue internationale de hockey.

Le repêchage de 1996 a probablement été l’un des pires des 25 dernières années avec comme trois premières sélections Chris Phillips (Sénateurs), Andrei Zyuzin (Sharks) et Jean-Pierre Dumont (Islanders), qui ont tout de même connu du succès dans la LNH, mais qui n’ont jamais eu l’étiquette de vedette associée aux premiers choix d’un repêchage.

7. Nikita Filatov (Blue Jackets de Columbus, 6e choix au total, 2008)

Le jeune Russe Nikita Filatov a été sélectionné au sixième rang du repêchage de la LNH par les Blue Jackets de Columbus.

Les attentes placées en lui étaient plutôt élevées, lui qui accumulait les points à la vitesse grand-V au niveau junior en Russie, dans l’organisation du CSKA de Moscou.

Outre les problèmes de transfert avec la Ligue continentale de hockey (KHL), le Russe n’a pas connu le départ espéré en Amérique du Nord, ne prenant part qu’à huit rencontres en 2008-2009 avec le grand club. Il a plutôt passé le plus clair de son temps à Syracuse avec le Crunch.

Puis, les choses ne se sont pas améliorées lors des deux saisons suivantes à Columbus. Au final en Ohio, il a disputé 44 parties, amassant le maigre total de 13 points.

En 2011, les Blue Jackets l’ont refilé aux Sénateurs d’Ottawa pour un choix de troisième tour. Il n’aura finalement pris part qu’à neuf matchs dans la capitale canadienne, récoltant une aide. Depuis, il œuvre dans la KHL où il n’a pas vraiment plus de succès.

6. Pat Falloon (Sharks de San Jose, 2e choix au total, 1991)

Les Sharks de San Jose ont fait de Pat Falloon la toute première sélection de leur histoire, au deuxième rang du repêchage de 1991.

L’attaquant manitobain avait semé la terreur chez les gardiens de la Ligue de l’Ouest entre les saisons 1988-1989 et 1990-1991 lors desquelles il a récolté 340 points en 204 parties.

Par la suite, Falloon a offert des performances correctes en quatre saisons à San Jose, atteignant deux fois le plateau des 50 points.

Il a ensuite été échangé aux Flyers de Philadelphie, où il a passé trois campagnes. Il ensuite porté les couleurs de trois autres équipes : les Sénateurs d’Ottawa, les Oilers d’Edmonton et les Penguins de Pittsburgh.

Au final, il a amassé 322 points en 575 matchs dans le circuit Bettman. Bien que ces statistiques soient  loin d’être gênantes, elles ne reflètent en rien les espoirs que les Sharks avaient placés en lui.

Si les Sharks n’avaient pas mis la main sur Falloon en 1991, ils auraient toutefois pu s’assurer des services de joueurs tels Scott Niedermayer, Peter Forsberg, Alex Kovalev ou Markus Naslund, qui ont tous trouvé preneur au premier tour.