LNH

Saad, l’homme-enfant

Publié | Mis à jour

Pour gagner la Coupe Stanley, il faut du talent et de la profondeur. À Chicago, les Blackhawks regorgent de joueurs de premier plan avec les Jonathan Toews, Patrick Kane, Marian Hossa, Duncan Keith et Brent Seabrook.

Un peu dans l’ombre des ténors de l’équipe, il y a aussi Brandon Saad. Depuis le début des séries, Saad a touché la cible huit fois en plus d’obtenir deux passes. L’ailier gauche de 22 ans a marqué le but vainqueur lors du quatrième match de cette passionnante finale contre le Lightning de Tampa Bay.

«Je n’ai jamais vu un jeune aussi calme, on dirait qu’absolument rien ne peut le perturber», a affirmé Brad Richards dans le vestiaire des Hawks après la quatrième rencontre.

«J’aime son jeu, je peux l’utiliser à toutes les sauces, a renchéri l’entraîneur Joel Quenneville. Il est grand, gros, fort et très dangereux.»

La confiance de Quenneville envers son jeune attaquant se lit dans son temps de jeu. Depuis le début des séries, il passe en moyenne 20 min 50 s sur la glace. Chez les attaquants de l’équipe, seuls Toews (21:11) et Kane (20:42) le devancent dans cette catégorie.

Originaire de Pittsburgh

À sa troisième saison complète dans la Ligue nationale de hockey (LNH), Saad a déjà gravé son nom une fois sur la coupe Stanley. C’était à sa saison recrue en 2013 avec les Hawks. Avec une série qui est maintenant à égalité 2-2, le numéro 20 se retrouve maintenant à deux autres victoires d’un deuxième sacre.

Plus jeune, Saad vibrait au rythme des Penguins de Pittsburgh. C’est en regardant les exploits d’un grand centre avec le numéro 66 et d’un imposant ailier droit avec le numéro 68 qu’il a commencé à rêver d’une carrière.

«J’ai grandi à Pittsburgh en Pennsylvanie, alors mes héros avaient pour nom Mario Lemieux et Jaromir Jagr, a raconté Saad en conférence de presse. Plus tard, les Penguins ont repêché Sidney Crosby et Evgeni Malkin. J’étais encore un adolescent quand ils ont fait leurs débuts à Pittsburgh. J’ai toujours été un partisan du hockey et je le suis encore. Je me souviens d’ailleurs de la conquête de 2010 des Blackhawks. Je n’étais pas encore repêché à cette époque.»

Assis à ses côtés sur le podium, Toews a souri quand Saad a parlé de ses souvenirs d’enfance. Soudainement, on aurait dit que le capitaine des Hawks prenait un coup de vieux.

Ça faisait drôle d’entendre parler Saad de la sorte puisqu’avec sa grosse barbe, il ne ressemble en rien à un jeune homme de 22 ans.

«Nous le surnommons tous l’homme-enfant, a lancé Toews qui est âgé de 27 ans. On a chacun l’impression qu’il est déjà dans la mi-trentaine dans son esprit. C’est pratiquement difficile à croire qu’il a grandi en regardant les exploits de Crosby ou Malkin. Ça m’a pris par surprise.»

Un choix de deuxième tour

Les Blackhawks ont eu la main heureuse au deuxième tour du repêchage de 2011 en réclamant Saad avec le 43e choix au total. Au premier tour, les Hawks avaient pourtant misé sur un autre attaquant, Mark McNeill (18e au total). Ce dernier n’a pas encore joué un seul match dans la LNH.

De tous les joueurs réclamés en 2011, seuls Gabriel Landeskog (193 points) et Ryan Nugent-Hopkins (188 points) ont obtenu plus de points que Saad (126 points).

Par un drôle de hasard, Saad partage le troisième rang des meilleurs pointeurs de cet encan avec Ondrej Palat, du Lightning de Tampa Bay. Palat avait patienté jusqu’au septième tour (208e rang) avant d’entendre son nom.