LNH

Des fleurs pour Hedman

Publié | Mis à jour

Un futur gagnant du trophée Norris. Un patineur pratiquement aussi élégant que Scott Niedermayer. Un géant. Une bête. Le parfait mélange entre talent et physique. Depuis la fin du troisième match de la finale de la Coupe Stanley, Victor Hedman se retrouve sous une pluie d’éloges.

Si Ben Bishop et Cédric Paquette ont partagé la scène lors de cette victoire de 3-2 au United Center, Hedman a également joué un rôle colossal.

C’est lui qui a réussi la longue bombe pour Ryan Callahan au début de la première période. C’est lui qui a transporté la rondelle et servi une passe parfaite à Paquette sur le but gagnant. Et c’est aussi lui qui a ralenti les gros canons des Blackhawks, les Jonathan Toews et Patrick Kane.

Au lendemain de cette deuxième victoire en trois matchs pour le Lightning de Tampa Bay, Hedman a joué la carte de la modestie.

«Je crois que c’est facile pour un individu de s’améliorer quand tu joues avec d’aussi bons joueurs, a raconté le colosse défenseur de 6 pi 6 po et 233 lb. Je ne suis pas différent des autres. Je saute toujours sur la glace dans l’espoir de faire une différence, autant sur le plan offensif que défensif. Les succès de l’équipe resteront toujours l’aspect le plus important pour moi.»

Une liberté totale

À 24 ans seulement, mais déjà à sa sixième saison dans la Ligue nationale de hockey, Hedman a maintenant atteint le statut d’un défenseur d’exception. S’il jouait dans un plus gros marché comme Montréal, Toronto, New York ou Chicago, le Suédois aurait depuis longtemps reçu cette notoriété.

«Il a joué comme un géant au dernier match, a noté Jon Cooper. Je crois vraiment qu’il profite de la finale de la Coupe Stanley pour étaler son talent au grand jour. Victor s’est épanoui depuis quelques saisons. Il a eu besoin de temps, mais le vrai Victor Hedman est vraiment arrivé. Pour vous dire la vérité, il peut pratiquement faire ce qu’il veut sur la glace. Il a gagné cette confiance. J’ai tellement de plaisir à le regarder jouer.»

À l’image de Cooper, Alex Killorn a louangé son coéquipier.

«Victor Hedman gagnera un Norris au cours de sa carrière, a lancé l’ailier du Lightning. J’en suis persuadé. C’est le type de joueur qu’il est. Il est l’un des meilleurs défenseurs de la LNH. Quand tu regardes tout ce qu’il peut accomplir sur la glace, il y a très peu de joueurs qui peuvent le suivre. Il est très gros et quand il patine, c’est vraiment difficile de le rattraper.»

Quatre ou cinq pouces de plus

À 36 ans, Brenden Morrow a côtoyé des dizaines de bons défenseurs dans la LNH. Questionné à savoir s’il pouvait établir une bonne comparaison pour Hedman, le vétéran attaquant a offert une très bonne réponse.

«Je ne sais pas s’il y a une parfaite comparaison, a dit Morrow. Il peut vraiment contrôler le rythme d’un match. Il peut se sortir du pétrin grâce à sa vitesse et son contrôle de la rondelle. Il n’est pas aussi élégant comme patineur qu’un Scott Niedermayer, mais il peut se déplacer comme lui. En plus, il mesure quatre ou cinq pouces de plus.»

Pour votre information, Scott Niedermayer mesurait et mesure toujours 6 pi 1 po. On parle donc d’une différence de cinq pouces avec Hedman.

En bon capitaine, Steven Stamkos a également ajouté sa voix pour décrire l’impact du défenseur originaire de Ornskoldsvik.

«J’ai la chance de jouer avec Victor depuis ses débuts à Tampa et je l’ai vu murir, a affirmé Stamkos. Il se retrouve maintenant sur la plus grande scène possible et un peu tout le monde s’aperçoit de son immense talent. Mais, dans notre chambre, nous savions depuis longtemps qu’il avait ça en lui.»