LNH

Provorov reste humble

Publié | Mis à jour

Si on compare constamment Jack Eichel et Connor McDavid depuis le début de la saison, c’est un peu la même chose entre les défenseurs Noah Hanifin et Ivan Provorov.

Le défenseur russe des Wheat Kings de Brandon a connu une belle progression cette année selon les recruteurs, et certains le considèrent même meilleur que l’Américain.

C’est d’ailleurs une question à laquelle il a du répondre à plusieurs reprises, cette semaine, lors des entrevues individuelles avec les équipes de la Ligue national de hockey.

Provorov n’a toutefois pas voulu tomber dans le même panneau que Jack Eichel.

«On m’a posé la question à plusieurs reprises, mais ce n’est pas à moi de décider qui est le meilleur défenseur du repêchage. Les opinions divergent. De mon côté, j’essaie simplement de faire du mieux que je peux quand je suis sur le jeu.»

Un Russe nord-américain

Provorov est né à Yaroslavl en Russie. À l’âge de 14 ans, il a quitté son pays natal pour venir s’installer en Amérique du Nord, à Wilkes-Barre plus précisément, pour y joindre la formation bantam de la ville.

«J’ai décidé de venir ici il y a trois ans, pour m’habituer à la culture et à la langue.»

Après un passage dans l’USHL, il a joint les rangs des Wheat Kings cette année. En 60 matchs, il a récolté 61 points.

Évidemment, aussitôt que le nom de famille d’un joueur finit en «Ov», le niveau d’anxiété des recruteurs de la LNH monte d’un cran. Toutefois, dans le cas de Provorov, il semble avoir une corde de plus à son arc.

Il figure au septième rang des patineurs nord-américains selon la Centrale de recrutement de la LNH.