Impact

La pépinière argentine

Publié | Mis à jour

L’Argentine est le nouveau terreau fertile de la MLS. Et pas seulement chez l’Impact de Montréal.

Au total, 22 Argentins patrouillent les terrains de soccer nord-américains, et la plupart d’entre eux font la pluie et le beau temps avec leur équipe respective, comme Federico Higuain à Columbus, Diego Valeri à Portland ou encore Mauro Diaz à Dallas.

L’Impact a ciblé ce pays dès son entrée en MLS. Nick De Santis a un espion qui trie le talent et lui fournit des rapports détaillés. Puis, quelques fois par année, l’ancien joueur se rend sur place pour recruter.

«Les joueurs ont une bonne formation et évoluent dans une ligue où le niveau de jeu est élevé, a soutenu De Santis à la chaîne TVA Sports. Tactiquement, ils sont proches des Européens.  Et ils ont des personnalités qui font en sorte qu’ils peuvent s’adapter n’importe où.» 

Après Hernan Bernardello, Ignacio Piatti, ancien joueur vedette de San Lorenzo, est devenu le deuxième joueur désigné argentin du onze montréalais.

Mais tous les joueurs recrutés ne sont pas déjà établis comme Piatti.

Andrés Romero, par exemple, a été acquis sous forme de prêt après avoir été observé longuement lorsqu’il portait les couleurs d’Argentinos Juniors.

«On a vu qu’Andrés progressait chaque année. Quand un joueur arrive dans une nouvelle ligue avec un autre niveau, une autre qualité de vie et une autre culture, ça prend du temps pour qu’il s’adapte», soutient De Santis. 

À la recheche de la perle rare

Tous les moyens sont bons pour découvrir des perles rares.

«La fin de semaine, tu regardes trois ou quatre matchs par jour. La semaine, tu vas voir des matchs d’équipes de réserve où il y a des jeunes joueurs comme Victor Cabrera.» 

À 22 ans, le défenseur central formé dans le prestigieux club de River Plate a un brillant avenir. Un avenir qui pourrait bien être avec l’Impact.

Mais une question demeure : pourquoi de jeunes joueurs sur le point de s’établir dans l’une des meilleures ligues du monde, la Primera Division, voudraient-ils faire le saut en MLS? 

La croissance éclair de la MLS n’est pas le seul incitatif pour ceux qui évoluent en première division argentine. 

«Les joueurs ont peur. Quand tu dois rester dans le vestiaire pendant des heures après le match parce que ta vie est en danger, ça devient difficile pour les joueurs et leur famille», explique De Santis.  

 Chose certaine, avec un Romero sous contrat à long terme, un Cabrera qui ne fait qu’impressionner depuis son arrivée et un Piatti qui fait flèche de tout bois, De Santis et l’Impact seront sans doute tenter de piger plus souvent en Argentine.

(D’après un reportage de Nicolas A. Martineau)