Tampa Bay - Chicago

«Chaque but vaut environ 400 000$»

Publié | Mis à jour

Avec deux buts gagnants en séries éliminatoires, Antoine Vermette est en train d’établir la valeur de son prochain contrat.

Le Québécois, qui a été acquis des Coyotes de l’Arizona en retour du défenseur Klas Dahlbeck et un choix de premier tour au repêchage de 2015 en février, a connu une période d’adaptation difficile avec les Blackhawks de Chicago.

Le numéro 80 a inscrit le filet victorieux au premier match de la finale de la Coupe Stanley, mercredi, ce qui a non seulement rehaussé son niveau de confiance, mais aussi celui de son entraîneur-chef, Joel Quenneville, qui l’a laissé de côté trois fois depuis le début du bal printanier.

Il serait étonnant que Vermette revienne à Chicago l’an prochain, mais il pourrait tout de même réclamer un salaire respectable sur le marché des joueurs autonomes, à compter du 1er juillet.

Alors combien vaut un joueur qui n’a obtenu que trois aides en 19 matchs avec sa nouvelle équipe avant de contribuer six points en 15 rencontres éliminatoires?

«Je pense que chaque but vaut environ 400 000$ de plus, prédit notre analyste et ancien joueur Mathieu Dandenault.

«Tous les buts gagnants et les participations [aux filets des Blackhawks] et aux succès, font en sorte que sa valeur augmente. Ceci étant dit, il n’y  a pas meilleure valeur pour un joueur que lorsqu’il gagne la coupe Stanley.»

Dandenault parle en connaissance de cause. Il a remporté trois coupes en six ans avec les Red Wings de Detroit entre 1997 et 2002.