Coupe Memorial 2015

Cirelli, un héros improbable

Kevin Dubé et Roby St-Gelais

Publié | Mis à jour

Il y a un an à peine, Anthony Cirelli ne savait pas ce que l’avenir lui réservait, puisqu’il avait été ignoré au repêchage de la Ligue de hockey junior de l’Ontario (OHL).

Dimanche, le joueur de centre de 17 ans soulevait la coupe Memorial après avoir inscrit les deux buts des Generals d’Oshawa, dont celui de la victoire en prolongation.

«La première chose à laquelle j’ai pensé quand j’ai vu la rondelle traverser la ligne, c’est que nous étions finalement champions. On a travaillé pour cela toute la saison et c’est finalement arrivé.

«Je n’aurais jamais pensé être ici il y a trois ans. J’ai passé à travers beaucoup d’obstacles pour me rendre ici et c’est incroyable comment je me sens en ce moment. Je suis fier de moi, mais aussi de l’équipe. Dès que je suis arrivé à Oshawa, j’ai été bien accueilli par tout le monde. Nous étions un groupe tissé serré cette année et de soulever ce trophée ensemble est très satisfaisant.»

Repêchage

Classé 67e sur la dernière liste de la Centrale de recrutement de la Ligue nationale de hockey (LNH), Cirelli pourrait bien avoir ouvert les yeux de certains recruteurs du circuit Bettman.

Son coéquipier et vétéran défenseur Dakota Mermis n’avait que de bons mots pour son coéquipier, qu’il n’a côtoyé qu’une demi-saison après avoir été échangé à Oshawa par les Knights de London aux Fêtes.

«C’est arrivé tellement vite. Cirelli n’a pas été repêché et de le voir marquer le but gagnant, c’est incroyable. Je ne me souviens même pas du moment tellement j’étais excité!»

«Je n’ai jamais sauté du banc aussi vite de toute ma carrière!, a ajouté Michael Dal Colle. C’était un énorme soulagement. Je suis tellement content que ce soit Anthony Cirelli qui marque et j’espère que ça améliorera sa valeur au repêchage.»

«C’est très dur»

Dans le clan des Rockets de Kelowna, Leon Draisaitl était inconsolable après la rencontre. Il n’avait que faire d’être nommé joueur par excellence du tournoi. C’est le gros trophée qu’il convoitait avec ses partenaires, après avoir accédé spectaculairement à la finale vendredi soir.

«C’est très dur en ce moment, a dit l’espoir des Oilers d’Edmonton, les larmes aux yeux. Tu travailles fort toute l’année pour te rendre là dans une saison qui est longue, et en deux secondes, tout est fini et tu repars les mains vides. On avait un groupe incroyable et nous sommes tous fiers l’un de l’autre. Je n’avais jamais joué avec un groupe aussi talentueux.»

À l’instar de son entraîneur, Draisaitl parlait d’un manque d’opportunisme pour expliquer la défaite.

«On a définitivement raté trop de chances de marquer. Leur gardien [Ken Appleby] a été excellent. On doit les féliciter. Ils ont une bonne équipe. C’est dommage, mais la vie continue...»

Capitaine des Rockets, Madison Bowey avalait aussi difficilement la pilule. «Les deux équipes ont bataillé ferme, a souligné le défenseur format géant. On a travaillé fort jusqu’à la fin et il y avait deux excellentes équipes qui s’affrontaient, mais il fallait un perdant. Je suis fier des gars et c’est certainement difficile en ce moment.»

Draisaitl et Bowey disputaient vraisemblablement leur dernière partie dans le hockey junior.