LNH

Une plaie encore vive pour Vigneault

Publié | Mis à jour

Subir la défaite dans un septième match est sans doute le pire des scénarios. Surtout lorsque ce revers survient en finale de la Coupe Stanley.

C’est le malheur qu’a vécu Alain Vigneault, alors à la barre des Canucks de Vancouver, en 2011. Un revers d’autant plus crève-cœur que la formation de la Colombie-Britannique avait eu une première chance de soulever le gros trophée lors du sixième duel de cette série face aux Bruins de Boston.

Quatre ans plus tard, on sent que la plaie est encore vive.

«Depuis, je suis en quelque sorte passé à autre chose», a-t-il d’abord indiqué jeudi, à la veille de la rencontre ultime dans la finale de l’Association de l’Est face au Lightning de Tampa Bay.

«À l’époque, ce fut une défaite vraiment difficile à prendre et aujourd’hui, je me concentre uniquement à rendre cette équipe prête pour demain [vendredi]», a ajouté l’entraîneur des Rangers de New York, visiblement désireux de changer de sujet.

En ce qui a trait à la préparation, Vigneault assure qu’elle n’est pas différente d’une autre partie. Cependant, il n’est pas prêt à dire qu’un match numéro 7 est une rencontre comme les autres.

«Il n’y a aucun doute qu’un septième match, ça demeure spécial...»