LHJMQ

Lafleur vante «ses» Remparts

Publié | Mis à jour

Pour Guy Lafleur, la formation 1971 des Remparts qui a soulevé la Coupe Memorial n’était pas seulement remarquable sur la glace. La confrérie qui régnait à l’intérieur du vestiaire l’était tout autant.

«L’équipe de 1971 était extraordinaire à tous les niveaux, a souligné le Démon blond, vendredi, en marge d’une soirée de retrouvailles des membres ayant gravé leur nom sur le prestigieux trophée qui ont été présentés à la foule avant le duel entre Québec et Kelowna. Autant au niveau hockey que du groupe d’individus. C’est ce que faisait notre force, sans compter l’appui en or des partisans qu’on avait.»

Les amateurs ont entonné des Guy! Guy! Guy! dès l’entrée du célèbre joueur sur la glace.

Quelques hockeyeurs ne s’étaient pas revus depuis les 44 ans qui ont passé depuis cette victoire historique.

«On se regardait à un moment donné et on se disait c’est qui ça, a lancé Lafleur en riant. Mais on regarde tous les joueurs d’aujourd’hui et ils ressemblent tous à leur père.»

Toute une épopée

Organisée à l’époque par l’Association canadienne de hockey amateur, la formule de la Coupe Memorial réunissait les meilleures équipes des ligues juniors au pays. Les Remparts avaient affronté les Black Hawks de St. Catharines en finale en raison d’un différend qui empêchait la Ligue de l’Ouest de convoiter la couronne nationale, après avoir mis la main sur la Coupe du Président.

Vainqueurs en cinq matchs de la formation ontarienne qui avait refusé de retourner à Québec pour la sixième partie parce qu’elle craignait pour sa sécurité à la suite d’incidents survenus au Colisée, les Remparts avaient quand même accepté le défi des Oil Kings d’Edmonton. Lafleur et ses coéquipiers ont confirmé leur emprise en balayant une série de deux matchs à domicile.

«Pour nous, ça finissait mal, en queue de poisson. On aurait aimé aller jusqu’au bout avec eux (les Black Hawks), a dit Lafleur. Ils avaient une bonne équipe de hockey avec des gars comme (Marcel) Dionne. Affronter Edmonton a permis de se justifier de gagner la Coupe Memorial, sinon, gagner parce qu’une équipe ne veut pas terminer la série...»

Séries du tonnerre

Lafleur avait connu des séries du tonnerre avec 22 buts, après les 130 qu’il avait marqués en saison. Comment réussit-on autant de buts? «En lançant et ayant de bons coéquipiers!» a-t-il naturellement badiné.