LNH

Le Lightning en finale!

Publié | Mis à jour

Les Rangers de New York n’avaient jamais perdu un match décisif à domicile. Henrik Lundqvist était sorti victorieux des six derniers matchs numéro 7 auxquels il avait pris part. Tout ça est maintenant du passé.

Un but d’Alex Killorn inscrit dans la deuxième minute du troisième vingt, vendredi soir au Madison Square Garden, a ouvert la voie à un gain de 2-0 du Lightning sur les Rangers. Un gain qui propulse la formation floridienne en finale de la coupe Stanley pour la deuxième fois de son histoire.

La rencontre était présentée en direct à TVA Sports. 

À voir : Sommaire

Kreider frappe un mur

Devant le filet, Ben Bishop, victime de 15 buts à ses quatre dernières sorties, a repoussé 22 tirs et enregistré son troisième jeu blanc des séries, un deuxième en sept rencontres face aux «Blueshirts».

En matinée, Steven Stamkos avait résumé en une seule phrase ce que ses coéquipiers et lui pensaient de toutes ces statistiques qu’on n’a cessé de ramener sur le tapis pendant deux jours.

«Les Rangers ont une très bonne équipe, mais ils n’ont jamais affronté le Lightning dans un septième match.»

Non, le Madison Square Garden n’a rien de mythique pour Jon Cooper et sa troupe. Pour accéder à la finale, le Lightning a remporté trois de ses quatre victoires sur le terrain de jeu des Rangers.

Tempête à calmer

Les joueurs du Lightning avaient indiqué qu’ils n’avaient pas le choix de jouer 60 bonnes minutes pour l’emporter. Ils en ont joué que 55, mais ce fut suffisant.

Soulevés par l’ambiance survoltée à l’intérieur de leur édifice, les Rangers ont amorcé le match en force, passant le plus clair des cinq premières minutes dans le territoire du Lightning.

Parvenant à contenir cette tempête, les hommes de Cooper se sont ressaisis. En plus de forcer les attaquants des Rangers à demeurer en périphérie lorsqu’ils parvenaient à franchir la ligne bleue, le Lightning s’est approprié la zone neutre, multipliant les contre-attaques rapides.

«Il n’y avait pas d’espace sur la patinoire, a reconnu Martin St-Louis, atterré, dans le vestiaire des Rangers. Et quand ils ont marqué le premier but, ils ont fermé encore plus le jeu. On aurait fait la même chose.»

D’ailleurs n’eut été quelques petits bijoux de Lundqvist, toujours aussi efficace dans les matchs sans lendemain, l’issue de la rencontre aurait été connue bien plus tôt.

Le roi Henrik a eu le meilleur presque à chacune des nombreuses menaces du trio des triplés.

Mais, après avoir vu le gardien des Rangers frustrer ses compagnons de trio, Nikita Kucherov et Tyler Johnson, à l’aide de vifs mouvements des jambières, Ondrej Palat a logé la rondelle dans la partie supérieure du filet. Un but qui doublait l’avance du Lightning et qui donnait un sérieux coup dans les flancs des Rangers.

Un pied fracturé pour McDonagh

L’état de santé de Ryan McDonagh a soulevé quelques interrogations en début de rencontre. Il y avait à peine trois minutes d’écoulées au match lorsque le défenseur des Rangers a quitté pour le vestiaire sans avoir effectué une seule présence sur la patinoire.

Le fait qu’Alain Vigneault ait choisi une formation à sept défenseurs et 11 attaquants laisse présager que la condition de son capitaine n’était pas maximale.

McDonagh avait quitté la période d’échauffement quelque huit minutes avant la fin de celle-ci.

D’ailleurs, Vigneault a révélé, au cours de son point de presse d’après-match, que McDonagh avait joué les derniers matchs en dépit d’une fracture à un pied.

Finalement, le défenseur des Rangers a rejoint ses coéquipiers à mi-chemin du premier engagement. Il a été utilisé de façon régulière avec Dan Girardi, son partenaire de jeu habituel.

Le représentant de l’Association de l’Ouest sera connu samedi soir. Les Ducks et les Blackhawks s’affronteront, à Anaheim, dans le septième et ultime match de leur confrontation.