New York Rangers - Tampa Bay

Un record à portée de main

Agence QMI / Jonathan Bernier

Publié | Mis à jour

Si les six premiers matchs de la série Rangers-Lightning furent parfois imprévisibles, celui de vendredi soir risque d’être fidèle à la réalité des deux équipes.

Oui, les deux formations ont présenté deux des trois meilleures attaques en saison régulière. Cependant, toutes deux nourrissent leur attaque en défendant bien leur territoire et en prenant contrôle de la zone neutre.

On risque donc d’assister à un match à bas pointage. D’ailleurs, cinq des six matchs ultimes disputés par les Rangers depuis 2012 se sont soldés par le pointage de 2-1. De ce nombre, trois ont été disputés au Madison Square Garden.

Évidemment, chaque fois Henrik Lundqvist défendait la cage des Rangers. Depuis le début de sa carrière, le roi Henrik a perdu un seul des sept septièmes duels auxquels il a pris part.

Confortable en équipe

Ses six gains consécutifs en matchs 7 constituent un record chez les gardiens. Une victoire vendredi soir permettrait au Suédois de devenir le premier homme masqué à totaliser sept gains lors de septièmes matchs. Ses six victoires le placent, pour l’instant, sur un pied d’égalité avec Patrick Roy et Martin Brodeur.

De plus, en pareille circonstance, il montre une microscopique moyenne de but alloué de 0,97 et un superbe taux d’efficacité de ,966. Il semble donc très à l’aise dans ce type de rencontre.

«Je ne sais pas si on peut parler de confort, car il y a assurément un peut de nervosité qui entre en jeu, a lancé le gardien des Rangers, à propos de ses statistiques étonnantes. Tout ce que je tente de faire, c’est mon travail. En fait, je me sens confortable lorsque toute l’équipe fait le travail. Ça me permet de me concentrer uniquement sur ma part du boulot.»

Le travail avant le spectacle

Faire le travail tant de façon individuelle qu’en équipe, voilà ce que les joueurs des Rangers se sont donné comme mandat.

«Pas question de donner de spectacle ici, même si on jouera devant nos partisans, nos familles et nos amis. L’objectif ne doit pas être d’essayer d’impressionner, mais bien de jouer notre match», a lancé Derick Brassard.

À ce propos, l’attaquant québécois a indiqué que l’équipe avait tenu une réunion question de s’assurer que les deux dernières mauvaises sorties au Madison Square Garden ne se reproduisent pas.

«Le Lightning mise sur des attaquants rapides. À certains moments, on leur a donné trop d’espace. Il faut travailler plus fort pour les neutraliser, ce qu’on n’a pas fait lors des deux derniers matchs ici», a-t-il admis.

Se faisant, les Rangers pourraient atteindre la finale de la coupe Stanley pour un deuxième printemps de suite, un exploit qu’ils n’ont pas accompli depuis les saisons 1931-1932 et 1932-1933.