Crédit : JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Coupe Memorial 2015

Dan Lambert se souvient de 1989

Publié | Mis à jour

En attendant son adversaire jeudi soir, l’entraîneur-chef des Rockets de Kelowna, Dan Lambert, a éprouvé un sentiment de déjà-vu datant de la Coupe Memorial de 1989, à Saskatoon.

À presque pareille date, il y a 26 ans, le jeune Lambert représentait les Broncos de Swift Current, champions de la Ligue de l’Ouest. Après avoir terminé au deuxième rang du classement général au terme du tournoi à la ronde, Lambert et les Broncos s’étaient reposés pendant que les Petes de Peterborough et le Titan de Laval jouaient leur saison dans un match de bris d’égalité.

Les Broncos avaient ensuite battu les Petes en demi-finale, avant de l’emporter par 4-3 en prolongation sur les Blades de Saskatoon en grande finale. Lambert avait été nommé joueur du tournoi. Il se retrouve donc, 26 ans plus tard, derrière le banc d’une équipe qui vit exactement ce qu’il a vécu en 1989.

«C’est quelque chose dont je pourrai parler avec les joueurs. Le message: quatre équipes ont toujours une chance de gagner et, après ce soir [jeudi], il en restera trois, et nous en ferons partie. Tu ne peux rien prendre pour acquis, même si on affrontera une équipe qui jouera trois matchs en trois soirs.»

Pas une excuse

À ce sujet d’ailleurs, Lambert préfère ne pas se soucier du fait que leurs adversaires ont joué deux matchs prenants au cours des deux derniers soirs.

«Il ne faut pas se soucier des autres équipes en ce moment. À ce stade-ci du tournoi, nous savons que toutes les équipes vont être prêtes à nous affronter. Nous devons être prêts.»

Par contre, s’il avait eu à choisir, il aurait choisi le scénario qui s’est produit.

«Il y a bien des choses qui peuvent arriver dans un match. Des joueurs peuvent se blesser ou le match peut aller en prolongation, ce qui fatiguera les joueurs. J’aime mieux que ce soit eux qui vivent cela que nous.»

Anxieux

Lambert a d’ailleurs suivi avec attention le match de mercredi entre les Remparts et l’Océanic. Si Rimouski gagnait par huit buts ou plus, il se serait qualifié pour la demi-finale.

Lambert a reconnu qu’à 4-0, il a commencé à croire que ce scénario à l’apparence hautement improbable ne l’était peut-être pas tant que ça. «J’étais extrêmement anxieux à un certain moment. Je suis juste heureux que le jeune gardien de Québec (Callum Booth) ait fait les arrêts en fin de match.»