Crédit : JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Coupe Memorial 2015

Une coupe porteuse d’espoir à Oshawa

Publié | Mis à jour

Gagner la coupe Memorial représenterait plus qu’une simple victoire au hockey pour Oshawa.

La ville ontarienne ne connaît pas des moments faciles sur le plan économique. Récemment, l’usine General Motors qui est, sans faire de mauvais jeu de mots, le principal moteur économique de la municipalité, a récemment annoncé que 1000 postes seront supprimés d’ici le 20 novembre prochain.

Chaque victoire des Generals est donc une source de réconfort pour la population éprouvée.

«La ville est derrière l’équipe, puisque ce sont des moments difficiles économiquement. Des centaines de personnes perdent leur emploi en ce moment. Les gens nous suivent et ça leur donne un peu de réjouissance. J’espère qu’on pourra ramener la coupe à la maison pour eux», a commenté l’entraîneur-chef du club, D.J. Smith.

Un peu de repos

Avant de penser à ramener la coupe Memorial à Oshawa pour la première fois depuis 1990, les Generals devront patienter avant de connaître leur adversaire. En tenant compte de la journée de mercredi, ils profiteront de cinq jours de congé avant la finale de dimanche.

«Ils doivent décrocher pour une ou deux journées, pour ensuite recommencer à penser au hockey», a assuré Smith, qui a donné congé à ses troupiers jusqu’à vendredi.

D’ici là, il sera important de savourer le moment présent, mais pas trop.

«Les joueurs se sentent probablement comme au sommet du monde parce qu’ils s’en vont en finale. Je vais probablement devoir les ramener sur terre vendredi. En fin de compte, nous ne sommes qu’à un match du championnat. Jusqu’à présent, les joueurs ont tous fait ce que je leur ai demandé. Rien n’est garanti, mais on a une chance et on va donner notre meilleur pour gagner.»

Comme 2009

Smith a l’expérience de la Coupe Memorial, l’ayant gagnée en 2009 et 2010 en tant qu’entraîneur-adjoint avec les Spitfires de Windsor. À ce sujet, il voit des similarités entre l’équipe de 2009 et les Generals qu’il dirige cette année.

«En 2009, nous avions une grosse équipe et probablement la plus physique de la ligue, comme cette année. Nous comptions sur Ryan Ellis en défense et nous avons Mitchell Vande Sompel cette fois. Les deux formations ont des joueurs ayant grandi au sein de leur organisation respective.»

En plus d’Ellis, les Spitfires comptaient sur Taylor Hall et Adam Henrique, entre autres.

* * * * * * *

De bons souvenirs de Québec

Peu importe s’il remporte la Coupe Memorial ou non, l’entraîneur des Generals d’Oshawa, D.J. Smith, gardera toujours de bons souvenirs de la Vieille Capitale.

À 12 ans, il avait représenté la formation Windsor Club 240 au Tournoi international de hockey pee-wee de Québec.

«Nous avions perdu notre deuxième match et je ne m’en suis toujours pas remis!», a-t-il blagué.

Aussi, le coloré pilote des Generals se souvient de son passage au Tournoi pee-wee de Québec comme si c’était hier. Il se souvient des pirouettes de Bonhomme Carnaval et de la fameuse chanson thème de l’événement. On ne lui a toutefois pas demandé d'en fredonner un extrait.

«Je me souviens qu’on lançait des "Frisbee" avant les matchs et on dormait dans des dortoirs. Ce furent probablement les plus drôles souvenirs de mon hockey mineur.

«C’était incroyable et ce fut le plus beau tournoi auquel j’ai participé. Je suis encore très ami avec trois ou quatre joueurs de cette équipe, à qui je parle souvent.»

Un adolescent "cool"

Chaque hiver, le Village Vacances Valcartier devient le terrain de jeu de milliers de jeunes joueurs pee-wee pendant une dizaine de jours en février.

Ce n’était pas différent en 1989 lorsque Smith était de passage. Et il s’en souviendra longtemps, pour des raisons bien spéciales!

«Nous étions allés à Valcartier faire le fameux rafting. Je n’avais pas réalisé à quel point il faisait froid à Québec. J’étais ce genre de jeune qui croyait être "cool" parce qu’il ne portait pas de tuque! J’ai fait deux glissades, et la mère d’un autre jeune a dû s’occuper de moi!», a-t-il ajouté en riant.

Smith aura donc quelques jours pour faire le tour de la ville avec son fils et sa femme.

«Ce sera difficile pour moi parce que je suis accro au hockey!»