Anaheim - Chicago

Les Hawks résistent!

Publié | Mis à jour

Les amateurs de hockey sont choyés par le spectacle offert par les quatre meilleures équipes de la LNH. Dans l’Ouest comme dans l’Est, il faudra attendre le résultat d’un septième match afin de déterminer les prochains participants à la finale pour la coupe Stanley.

Après les Rangers de New York, ce fut au tour des Blackhawks de Chicago de forcer la présentation d’un match ultime en défaisant difficilement les Ducks d’Anaheim par la marque de 5 à 2 mercredi soir dans le bruyant United Center.

Le match était présenté en direct sur les ondes de TVA Sports.

À voir : Sommaire

La prochaine rencontre aura lieu samedi soir à Anaheim.

«N’est-ce pas que le spectacle est divertissant?, a lancé le gardien québécois Corey Crawford. Cette série contre les Ducks est vraiment chaudement disputée. On ne peut jamais relaxer, même avec une avance de trois buts.

«Les Ducks ont tout donné en troisième période (ils ont dominé 13-4 dans les tirs au but), a-t-il ajouté. Heureusement qu’Andrew Shaw a su marquer ce très beau but pour nous enlever beaucoup de pression sur les épaules.»

Ce même Shaw a ensuite enregistré le cinquième but dans un filet désert.

Du grand Duncan Keith

Duncan Keith a pleinement mérité la première étoile, lui qui a habilement préparé les trois buts d’affilée inscrits par les Blackhawks en deuxième période, soit ceux de Brandon Saad, de Marian Hossa et de Patrick Kane.

«Comme tout grand joueur, Duncan est à son mieux quand la pression est forte, l’a louangé Jonathan Toews. On sait qu’on peut toujours compter sur lui.»

Keith a hâte de disputer ce septième match samedi soir à Anaheim. Il disait ne ressentir aucune fatigue, malgré le fait qu’il ait passé plus de 28 minutes sur la glace.

«J’aime l’idée de disputer un match décisif. On devra tirer profit de notre expérience dans de telles circonstances, a raconté Keith. Il n’est jamais facile de battre les Ducks dans leur domicile. On l’a cependant fait et on peut réussir de nouveau si notre exécution est à point.»

On peut rappeler que les Blackhawks ont remporté la coupe Stanley en 2010 et en 2013 sur des patinoires adverses.

Une belle fiche

C’était la cinquième fois depuis que Joel Quenneville est à la barre de l’équipe que les Blackhawks faisaient face à l’élimination dans un sixième match et ils ont remporté quatre fois la victoire.

«Les joueurs ont confiance en leurs moyens, a souligné Crawford, auteur de 28 arrêts. Ça se voit dans le vestiaire. Personne ne panique. J’aime vraiment l’ambiance qui règne ici.»

Si les Blackhawks l’emportent samedi, ils participeront à leur troisième grande finale en cinq ans.

Les Ducks, de leur côté, tenteront de se qualifier pour la finale pour la première fois depuis 2007. Ils avaient été éliminés par les Kings, en deuxième ronde l’an dernier, lors d’un septième match.

Patrick Maroon et le défenseur Clayton Stoner ont été les marqueurs des Ducks.

Jiri Sekac a pris part à un sixième match et il n’a toujours pas récolté de point. Il a terminé la soirée avec un tir au but, deux mises en échec, deux tirs bloqués et il a aussi écopé d’une pénalité, en 7:30 minutes de jeu.