Coupe Memorial 2015

Les Generals en finale!

Publié | Mis à jour

Les Generals d’Oshawa ont vaincu les Rockets de Kelowna par le pointage de 2-1 au Colisée Pepsi, mardi soir, méritant leur place en finale de la Coupe Memorial.

La rencontre était présentée sur les ondes de TVA Sports.

À voir :

Les champions de la Ligue junior de l’Ontario (OHL) concluent ainsi la phase préliminaire du tournoi avec une fiche immaculée de 3-0.

Les Generals se qualifient donc pour la finale qui sera jouée dimanche soir.

«C’est une sensation agréable de savoir qu’on pourra gagner ce tournoi à l’aide de seulement un autre match», a dit l’entraîneur D. J. Smith, dont la troupe a défait tous ses adversaires par un but, ne tirant de l’arrière que pendant une dizaine de minutes.

«Nous jouons un style de jeu défensif et nous ne trichons jamais. La défensive, c’est la marque de commerce des Generals depuis trois ans», a ajouté l’attaquant Michael Dal Colle.

Forcés de patienter

Quant aux monarques de la Ligue junior de l’Ouest (WHL), avec un dossier de 1-2, ils devront patienter jusqu’en fin de soirée mercredi avant de connaître leur horaire. «Je ne m’en fais pas avec ce bris d’égalité. Les joueurs ne sont pas nécessairement au courant du processus.»

Une victoire de l’Océanic de Rimouski obligera l’emploi d’un triple bris d’égalité pour déterminer qui fera quoi et quand.

«Les Generals forment une bonne équipe. Nous avions l’air fatigués et nous n’avons pas joué avec l’énergie du désespoir», a mentionné l’entraîneur des Rockets, Dan Lambert.

Spectaculaire et efficace lundi contre l’Océanic, la vedette des Rockets Leon Draisaitl a connu une soirée tranquille. À l’exemple de ses coéquipiers, précisons-le, tous emprisonnés dans la toile d'Oshawa

Après deux périodes, les Rockets avaient dirigé 10 rondelles vers la cage de Ken Appleby. Ce dernier a connu son moment le plus occupé en fin de troisième, quand les vainqueurs ont dû se défendre à court de deux hommes pendant une minute. Intervalle durant lequel les Rockets semblaient avoir les mains pleines de pouces.

«Les gars serraient leur bâton trop fort», a affirmé Lambert, qui n’a pas cédé à la tentation de retirer son gardien à quelque quatre minutes de la fin pour profiter d’un épisode à 6 contre 3.

«Notre unité en désavantage numérique a accompli de l’excellent travail toute la saison», a déclaré Smith.