Anaheim - Chicago

Vermette est sorti de l'ombre

Publié | Mis à jour

L’attaquant québécois Antoine Vermette ne pouvait choisir un meilleur moment que le match de samedi dernier pour inscrire son premier but gagnant dans l’uniforme des Blackhawks de Chicago.

Son filet marqué tôt en deuxième prolongation a permis aux siens de renverser les Ducks d’Anaheim au compte de 5-4 et de créer l’impasse 2-2 dans la finale de l’Association de l’Ouest qui se poursuivra lundi en Californie.

«Nous avons parlé de l’importance de la vitesse et sur la séquence, on a été efficace pour bouger nos pieds, a-t-il commenté dans les transcriptions de presse d’après-match. On a envoyé la rondelle profondément dans leur territoire et on a pu la contrôler.

«Les Ducks ont bloqué quelques lancers, mais on n’a pas lâché. Heureusement, on a pu marquer un but important et espérons qu’on pourra recommencer.»

Beaucoup d’ennuis

Le natif de Saint-Agapit n’a pas connu les succès escomptés depuis que l’organisation de la Ville des vents l’a acquis des Coyotes de l’Arizona, le 28 février.

Limité à trois mentions d’aide au cours de ses 19 rencontres du calendrier régulier avec les Hawks, il a été retranché à quelques reprises par l’entraîneur-chef Joel Quenneville depuis le début des séries éliminatoires.

D’ailleurs, il se trouvait dans le vestiaire pour regarder à la télévision la troisième partie de la confrontation face à Anaheim.

«Ce n’était pas agréable. Comme chaque compétiteur fier, vous voulez contribuer aux succès de votre équipe. Je pense que c’est naturel de croire cela, mais en même temps, il faut supporter et encourager les autres, a-t-il ajouté. Et à ce stade de l’année, vous ne voulez pas faire une grosse histoire avec vos problèmes individuels. L’attention doit être sur le rendement du club.»

Le capitaine des Hawks, Jonathan Toews, a corroboré les dires de son coéquipier.

«Il y a d’autres gars chez nous qui n’ont pas encore eu l’opportunité de montrer leur savoir-faire depuis le début des séries. Par contre, tous font de l’excellent boulot pour se préparer au cas où ils seraient appelés à jouer. Et souvent, des joueurs n’ont pas droit à beaucoup de temps de glace; chacun laisse ses intérêts personnels de côté et pense à l’équipe, a-t-il expliqué. C’est difficile pour certains, car le jeu est rapide et intense. Mais il faut trouver un moyen de faire les choses intelligemment.»

Questionné au sujet de l’absence de Vermette durant la partie précédente, Quenneville s’est dit heureux de la réponse de son protégé.

«Vous pouvez comprendre où il en était auparavant; c’est un professionnel et il était déçu de ne pas jouer. Mais il n’a pas abandonné et son trio a obtenu certaines chances de compter en prolongation, a déclaré le pilote. Je suis heureux qu’il ait terminé le travail pour nous. Son but a été immense.»