LNH

Une libération pour St-Louis

Agence QMI / Jean-François Chaumont

Publié | Mis à jour

Il y avait un gros zéro dans la colonne des buts pour Martin St-Louis depuis le début des séries. L’ailier droit de 39 ans a mis fin à sa léthargie en troisième période dans un gain de 5-1 des Rangers contre le Lightning, vendredi.

«C’est juste agréable de marquer», a simplement répondu St-Louis devant une mer de journalistes dans le petit vestiaire de l’équipe adverse au Amalie Arena.

S’il résumait en peu de mots ses sentiments, le Québécois était plus expressif lors de la célébration de son but. On pouvait lire dans ses yeux toute sa joie. Il a aussi poussé quelques cris primates.

«Je ne peux pas décrire mon visage après le but, j’aurais besoin de revoir la reprise, a-t-il lancé en souriant. Je me sentais bien. Quand tu marques un gros but, c’est normal de réagir de la sorte. Quand tu gagnes un deuxième match, l’équipe devient soudainement moins fatiguée. C’est un bon sentiment.»

À quelques mètres de St-Louis, Rick Nash se retrouvait également encerclé par plusieurs journalistes de New York. Depuis le début des séries, Nash n’avait marqué que deux buts et il n’avait toujours pas déjoué Ben Bishop. Il a rebondi lors de ce quatrième match avec deux buts et une passe.

«C’est enrageant quand tu ne produis pas, a rappelé Nash. Tu as le sentiment d’abandonner ton équipe. Tu le ressens quand ça ne va pas bien. Je travaille fort depuis le début des séries et j’aimerais contribuer plus à l’attaque. Ce soir (vendredi), j’ai obtenu ma récompense.»

Très conscients des critiques à son égard et envers Nash, St-Louis a tenu à défendre son coéquipier.

«Nous travaillons fort depuis le début des séries, ce n’est pas comme si nous n’essayions pas, a mentionné le numéro 26. Nash est possiblement l’un des attaquants les plus complets de la LNH. Il n’est pas juste un marqueur. Mais, il peut exploser à tout moment. Il vient de le faire pour ce quatrième match.»

Pas assez bons...

Dans la chambre du Lightning, il y avait un peu moins de sourires. Cette série se décidera maintenant dans un deux de trois avec seulement une autre rencontre à Tampa.

Tyler Johnson cherchait toutefois à garder le moral.

«C’est un deux de trois pour une place en finale de la Coupe Stanley, je trouve ça assez cool», a dit le meilleur marqueur depuis le début des séries.

En bon capitaine, Steven Stamkos a dressé un bilan sévère de cette défaite.

«Notre avantage numérique n’a pas été bon (0 en 4), notre désavantage numérique n’a pas été bon (2 en 4), nos attaquants n’étaient pas assez bons, nos défenseurs n’étaient pas assez bons et notre gardien n’était pas assez bon. Mais, malgré tout, je crois que nous avons fait de bonnes choses.»

Jon Cooper a eu le mot de la fin avec cette déclaration en conférence de presse.

«Quand les gens se réveilleront demain matin et qu’ils regarderont le sommaire, ils vont croire que les Rangers nous ont maltraités avec un pointage de 5-1, a expliqué l’entraîneur en chef du Lightning. Mais, ceux qui étaient dans l’édifice auront une vision différente.»