LNH

Després fait sa niche à Anaheim

Publié | Mis à jour

L’acquisition de Simon Després par les Ducks d’Anaheim le 2 mars dernier est passée un peu inaperçue au milieu de la frénésie entourant la date limite des transactions dans la Ligue nationale de hockey (LNH).

Trois mois plus tard, force est d’admettre que la transaction rapporte des dividendes importants pour la formation californienne. Confiné dans un rôle secondaire avec les Penguins de Pittsburgh, Després s’impose tranquillement chez les arrières des Ducks.

Jeudi, le Québécois a été le joueur le plus utilisé par son entraîneur Bruce Boudreau dans la victoire de 2-1 sur les Blackhawks de Chicago dans le troisième match de la finale de l’Association de l’Ouest.

Le défenseur a passé 23 minutes et 26 secondes sur la glace, inscrivant le but gagnant, en plus d’être envoyé dans la mêlée pour défendre l’avance des siens avec quelques minutes à faire au match. Anaheim mène 2-1 dans la confrontation qui reprendra samedi soir.

«J’ai apprécié la confiance que m’a témoignée l’entraîneur en m’envoyant sur la glace à ce moment, a expliqué le natif de Laval au Los Angeles Times. Je fais de mon mieux pour poursuivre dans la même direction, en travaillant fort, en bloquant des tirs et en étant un bon joueur défensif. Je suis grand et j’ai une bonne portée, je tente d’utiliser tout cela à mon avantage.»

Les succès des Després ne sont pas étrangers à son récent jumelage à Cam Fowler à la ligne bleue.

«Dès le premier match, nous avons eu une bonne chimie, a commenté l’ancien des Sea Dogs de Saint John. Parfois, ça ne s’explique pas.»

Fowler a lui aussi été excellent lors du dernier, bloquant cinq tirs en plus d’alimenter Després sur le but gagnant.

«Je crois que nos styles de jeu se complètent bien, a évoqué Fowler à propos de nouveau partenaire à la ligne bleue. Simon est gros et il peut s’imposer physiquement face à leurs joueurs talentueux. Il peut aussi rejoindre l’attaque lorsque l’occasion se présente, comme moi d’ailleurs. »

Le numéro 24 a rapidement fait oublier Ben Lovejoy, qui a été envoyé aux Penguins en mars.

«Je n’ai rien contre ''Lovie'', a raconté son ancien coéquipier Andrew Cogliano. Il a été un joueur très utile pour nous pendant longtemps.

«Mais ''Des'' est un bon joueur, et je crois qu’il a plus d’espace ici pour se développer ici. Je ne pense pas qu’il ait atteint son plein potentiel.»