Coupe Memorial 2015

Déception chez l'Océanic

Publié | Mis à jour

Les patineurs de l’Océanic de Rimouski n’ont pas cherché à se cacher la tête dans le sable à la suite de leur échec face à la puissante machine des Generals d’Oshawa, samedi, confessant en chœur leurs péchés!

«Ils ont été en contrôle pas mal tout le match, ce qui est inacceptable», a pesté le capitaine Alexis Loiseau, qui a touché la cible une fois en cinq tirs.

«Ce n’est pas la première fois qu’on connaît de mauvais débuts et on ne se cachera pas que ça nous fait mal. En séries, on a réussi à revenir, mais ce soir (samedi), on n’était même pas proche. On ne méritait pas du tout ce match.»

À l’exception de leurs étincelles offensives en fin d’engagement initial, les champions québécois en ont eu plein les bras contre les tombeurs de la bande de Connor McDavid en finale de la Ligue de l’Ontario (OHL).

«C’est la première fois que je vois une équipe qui ne fait pas de revirement du tout, s’est étonné Samuel Morin, renversé par l’espoir du Canadien de Montréal Michael McCarron lors d’un bref combat en période médiane.

«Nos défenseurs n’étaient pas préparés à leur échec-avant. On va faire de la vidéo et on va focuser sur ce qu’on peut améliorer. On a aussi fait beaucoup trop de revirements, une faiblesse pour nous ce soir.»

Loiseau est aussi revenu sur les revirements coûteux ayant empêché la formation bas-laurentienne de prendre son erre d’aller.

«À part les 10 premières minutes de la deuxième, ils étaient toujours premiers sur la rondelle. On peut quasiment être chanceux d’avoir perdu 4-3, ça aurait pu être bien plus que ça», a jugé ce vétéran de cinq saisons.

Trop de joueurs

Le gardien Philippe Desrosiers a pris le blâme pour la pénalité de banc appelée avec moins de deux minutes à écouler au cadran, quand l’Océanic cherchait à envoyer un sixième patineur dans la mêlée.

«Il y a eu une mauvaise communication entre moi et le joueur. C’est de ma faute, là-dessus.»