Crédit : DANIEL MALLARD/JOURNAL DE QUÉBEC/AGENCE QMI

Coupe Memorial 2015

L’Océanic à la recherche d’un meilleur départ

Publié | Mis à jour

Il y aura une tendance à briser chez l’Océanic de Rimouski, samedi soir, lorsqu’ils chausseront les patins face aux Generals d’Oshawa dans leur match inaugural à la Coupe Memorial Mastercard.

Serge Beausoleil a puisé dans le registre des fables pour décrire le tout: il faut «partir à point!»

La formation rimouskoise a connu des ratées en lever de rideau de chaque étape éliminatoire, subissant la défaite lors de la première sortie contre les Olympiques de Gatineau, en quart, avant de vivre pareil scénario en finale contre les Remparts de Québec. Et leurs deux victoires en début de série se sont soldées en prolongation, contre les Tigres de Victoriaville et les Foreurs de Val-d’Or.

«J’espère un meilleur départ de nos gars, a lancé l’entraîneur-chef de l’Océanic, vendredi, aux médias. Ils sont bien au fait de comment ils ont commencé les séries. Mais en même temps, c’est un peu l’identité de notre équipe cette année. On a toujours passé près de se brûler avant de se retrousser les manches, mais j’ose espérer qu’on apprend là-dedans. Le tournoi est court; aussi bien de partir à point!»

Christopher Clapperton, auteur de 23 points en 17 rencontres éliminatoires, est d’avis que le dénouement tardif de la finale aidera ses coéquipiers et lui à connaître un meilleur départ.

«Quand on a commencé les autres séries, on avait eu de longues périodes de repos, a plaidé l’attaquant de 21 ans. Là, on a eu quatre jours, ce qui n’est pas long. On est déjà sur une lancée et sur un momemtum. Il suffit juste de continuer et je crois que ça peut aider, surtout qu’on a reçu beaucoup d’adversité contre Québec.»

Avantage psychologique

Si les Generals n’en sont encore qu’à leurs premiers pas au Colisée Pepsi, Beausoleil et ses joueurs, eux, sont bien au fait de l’environnement. Leurs trois triomphes en finale témoignent qu’ils n’ont que faire d’une imposante foule, qu’elle soit hostile ou pas à l’occasion du championnat national.

«Au niveau mental, j’ose espérer qu’on se sent bien ici [au Colisée Pepsi], a souligné le mentor des champions de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. On a non seulement eu du succès, mais c’est aussi un “building” qui nous plaît. On représente toute la LHJMQ et quand les Remparts ne joueront pas, je crois que la plupart des “fans” vont se ranger derrière nous.»

St-Hilaire, vedette obscure

Fierté du quartier de Vanier, à Québec, ayant amorcé la campagne au sein du circuit junior AAA, Deven St-Hilaire se pince pour croire ce qui lui arrive. L’attaquant de 20 ans a envoyé Matt Murphy au cachot en deuxième prolongation, lundi, avant que Michael Joly offre la coupe du Président à «l’équipe de toute une région».

«Les gars me l’ont dit après le match, ils étaient contents. Le travail, ça ne paraît pas sur la feuille de pointage, mais c’est aussi important et c’est plaisant de contribuer de cette manière. Jouer ce tournoi dans mon quartier, c’est incroyable!»