Crédit : Daniel Mallard/JOURNAL DE QUEBEC

LHJMQ

À TVA Sports 2 : les Remparts en confiance

Publié | Mis à jour

Les Remparts de Québec ont fini de compter les dodos et désormais, ils n’utilisent plus le futur pour parler du tournoi de la Coupe Memorial Mastercard.

Me manquez pas sur les ondes de TVA Sports 2 le duel opposant les Remparts de Québec aux Rockets de Kelowna.

Au terme d’un processus amorcé depuis près de 18 mois et la confirmation de leur mandat d’organisateur en avril dernier, les membres de l’organisation amorceront enfin vendredi soir la phase préliminaire de la 97e présentation de ce tournoi national quand ils croiseront le fer avec les Rockets de Kelowna.

Fidèles à la tradition, les Diables rouges seront vêtus d’un chandail commémoratif aux Forces armées canadiennes pour ce match inaugural.

«C’est le “fun” d’être finalement rendu à ce tournoi. On ne parle depuis deux ans à Québec», a admis l’entraîneur-chef et directeur général des Remparts, Philippe Boucher.

L’architecte de la formation québécoise livrera un message clair à ses joueurs afin que la pression générée par les invités ne paralyse pas les hôtes: amusez-vous!

«À compter de demain [vendredi], retournons en enfance comme si nous jouions avec nos copains dans un tournoi pee-wee ou bantam!»

Comme c’est souvent le cas durant les tournois de hockey mineur, l’adversaire est méconnu. Qui plus est, l’équipe hôte qui n’a pas cru utile de déléguer des éclaireurs aux finales des ligues de l’Ouest (WHL) et de l’Ontario (OHL). Un confrère de London a lancé à la boutade que les reporters du «Journal de Québec» affairés aux autres finales de la Ligue canadienne, connaissaient probablement mieux les forces et faiblesses des joueurs des Generals d'Oshawa et des Rockets que l’état-major des Remparts.

Mot de code «33»

Ce n’est pas tout à fait exact puisque Patrick Roy a employé son statut de vice-président des opérations hockey de l’Avalanche du Colorado pour jeter un œil sur les récentes performances des Rockets afin de refiler ses observations à ses anciens employés.

Mercredi, Roy a attendu le départ de la meute journalistique pour se faufiler dans le sous-sol du Colisée Pepsi afin de renouer avec les membres du personnel et les joueurs des Remparts de Québec.

Même s’il a quitté il y a seulement deux ans ses fonctions d’entraîneur-chef et de directeur général, Roy ne compte plus qu'une poignée de joueurs qu'il a dirigés à sa dernière campagne derrière le banc des Diables rouges: Anthony Duclair, Adam Erne, Kurt Etchegary et Massimo Carozza (cinq parties).

«J’ai discuté avec Pat [Roy]. Il connaît bien les Rockets, il a vu tous leurs matchs. Par ailleurs, nous avons patiné en territoire méconnu pendant toute la saison», a confié Erne, en référence au nombre réduit de duels face aux clubs de la section l’Atlantique durant le calendrier régulier.

Boucher a confirmé que l’ex-numéro «33» avait partagé des informations utiles sur les champions de la WHL. «Patrick a fait du “scouting” [pour l’Avalanche] sur Kelowna. Il nous a refilé de bons tuyaux.

«Puis, on connaît bien leurs gros canons. Comme les autres équipes du tournoi, ils comptent sur quelques porte-couleurs d’Équipe Canada junior. Ce n’est pas une surprise. Ces joueurs sont des leaders qui ont l’expérience des compétitions d’envergure et des foules importantes»

* * * * * * * * * * * * *

Blessures de guerre

Force est de constater que l’épuisante série finale de la Ligue de hockey junior majeur du Québec face à l’Océanic de Rimouski a congestionné les civières et tables de travail dans la clinique du thérapeute sportif des Remparts de Québec, Steve Bélanger.

Jeudi, les attaquants Kurt Etchegary et Guillaume Gauthier n’ont pas chaussé les patins lors de la séance d’entraînement matinale.

Etchegary, valeureux capitaine des Diables rouges, soigne une blessure à l’épaule. Ce n’est pas un secret d’État, tous les spectateurs et téléspectateurs ont été témoins des grimaces du numéro «19» quand il s’est fait estampiller contre la rampe par une mise en échec de François Beauchemin au cinquième match. Un coup qui a ravivé une vieille blessure de guerre.

Quant à Gauthier, il s’était pointé au Colisée mercredi avec des béquilles à la main. Le lendemain, on ne l'a pas croisé au Pavillon de la Jeunesse et les représentants des médias écrits ne sont plus les bienvenus près des vestiaires des formations durant le tournoi de la Coupe Memorial Mastercard.

«Ce n’est rien de sérieux, je serai à mon poste demain soir [vendredi] et je participerai même au “morning skate”, a dit Etchegary.

«Tout le monde devrait être au rendez-vous, assuré l’entraîneur-chef Philippe Boucher. Ç’a fait du bien de retourner sur la glace [après une pause de deux jours] et de retrouver nos jambes.»

Un facteur négligeable

Un autre guerrier mal en point, Jérome Verrier, a tenu à mettre en perspective le bilan médical des enrôlés à cette époque de la saison.

«Kelowna compte sûrement aussi quelques blessés. Qu’importe notre condition, on sera prêt à payer le prix!», a assuré le joueur de 20 ans qui n’a pas été épargné par les blessures en 2014-2015.

«Tout le monde soigne de petits bobos. Les blessures ou la fatigue ne seront pas des facteurs durant ce tournoi. Nos partisans vont nous fournir l’énergie et l’adrénaline nécessaires.

«Personnellement, je ne suis pas à 110%, mais pas à 60 % non plus.»

Verrier, à l’exemple des autres vétérans de 20 ans des quatre clubs participants, vit ses dernières semaines de compétitions chez les juniors.

«Ce fut une année frustrante sur le plan des blessures. J’ai eu ma carte d’abonné à la clinique pendant toute la saison. Mais je suis ici pour m’amuser et vivre mes derniers milles dans la ligue et je tiens à laisser une bonne dernière impression.»