Crédit : JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

LHJMQ

Le carré d'as du Canada

Publié | Mis à jour

Malgré les sourires et quelques blagues, la fatigue et le stress accumulés durant les dernières semaines se lisaient encore sur les visages des entraîneurs des clubs prenant part à la Coupe Memorial durant leur point de presse collectif, mercredi soir, au Colisée Pepsi.

C’était d’ailleurs la première activité officielle du tournoi.

«Qui est le meilleur club? On va le savoir le 31 mai!», a lancé l’instructeur des Remparts de Québec, Philippe Boucher. «Actuellement, chaque équipe détient 25 % des chances de l’emporter», a enchaîné Dan Lambert, le pilote des Rockets de Kelowna.

«C’est le carré d’as du Canada. Nous devrons être prêts, même si les styles de jeu sont différents au sein de trois ligues», a affirmé DJ Smith, qui dirige les Generals d’Oshawa.

Enfin, le mentor de l’Océanic de Rimouski, Serge Beausoleil, a acquiescé en disant: «Ce sont les quatre meilleurs clubs au pays».

Des Rockets en vacances

Pendant que les Remparts, les hôtes de la compétition, et Rimouski bataillaient jusqu’en fin de soirée lundi pour déterminer le champion de la LHJMQ, les Rockets ont prestement liquidé les Wheat Kings de Brandon et auront bénéficié d’une dizaine de jours sans match quand ils briseront la glace contre les Diables rouges, vendredi.

«Est-ce que cette période de repos nous sera bénéfique? Nous le découvrirons vendredi (demain) et reste à espérer que nos gars ne seront pas trop rouillés», a émis Lambert, qui s’est même permis de répondre à quelques questions en français.

«Je suis le seul au sein de notre équipe à comprendre le français. Nos joueurs ne le comprennent pas pantoute! Je vais sûrement jouer à l’interprète durant les prochains jours, a badiné le natif de Saint-Boniface (Manitoba) qui a disputé 29 matchs sous les couleurs des Nordiques de Québec entre 1990 et 1992.

«Je suis excité de revenir dans cette grande ville de hockey. Je conserve de très bons souvenirs de mes 29 matchs avec les Nordiques. Je pourrais vous parler de chacun individuellement.»

Retomber sur terre

L’un des défis de Beausoleil et de ses adjoints sera de ramener rapidement ses protégés les pieds sur la terre glacée.

«C’est certainement une situation à gérer. On devra ramener les gars à la compétition après avoir vécu autant d’émotions. On a remis la coupe (du Président) dans la boîte aujourd’hui et nous passons à la prochaine étape, celle de la coupe Memorial.»

Le tournoi aura une saveur bien particulière pour ce Bélairois bientôt quinquagénaire. «C’est chez nous ici!», a-t-il émis, comme s’il voulait établir les limites de son carré de sable.

Finalement, Boucher a répété qu’il fallait tourner la page rapidement sur l’amertume de la défaite et freiner une séquence de trois revers au Colisée Pepsi.

«Notre fiche à domicile ne m’inquiète pas, comme celle sur la route en saison régulière. On tire tout à la poubelle!»