LNH

Martin St-Louis en territoire connu

Agence QMI / Jean-François Chaumont

Publié | Mis à jour

Martin St-Louis a connu ses glorieuses saisons dans la Ligue nationale sous les couleurs du Lightning, buvant notamment du champagne dans la coupe Stanley en 2004. Même s’il a joué près de 13 saisons à Tampa, le Québécois ne cherchait pas à déplacer les réflecteurs dans sa direction.

«Quand je suis revenu ici cette saison, c’était difficile pour moi, a raconté l’attaquant peu de temps après l’arrivée des Rangers de New York en Floride, mardi. J’ai vécu tellement d’années avec cette équipe, mais ça fait maintenant partie du passé.»

«Vous savez, Tampa restera toujours une place spéciale pour ma famille et moi, mais je reviens ici comme membre des Rangers de New York et je vise une participation à la finale de la Coupe Stanley.»

Dans le vestiaire du Lightning, les Steven Stamkos, Alex Killorn, Tyler Johnson et Ondrej Palat ont souvent décrit St-Louis comme un mentor.

«C’est possiblement la première fois que je peux dire que j’ai beaucoup d’amis au sein de l’autre équipe, a dit le vétéran. Je n’avais jamais vraiment vécu cette réalité auparavant. Au fil des ans, j’ai développé de belles relations avec plusieurs personnes au sein de cette organisation, et pas seulement avec des joueurs.»

«Oui, il s’agit d’une situation unique, mais quand les arbitres déposent la rondelle, je pense immédiatement au hockey, a poursuivi l’ailier droit de 39 ans. J’oublie mes amis et je cherche juste à gagner.»

Pour atteindre la finale, l’entraîneur Alain Vigneault aura besoin d’une plus grande contribution de ses gros «canons» à l’attaque. En 14 matchs depuis le début des séries, St-Louis n’a toujours pas touché la cible, étant limité à seulement six aides.

Rick Nash, qui a récolté 42 buts cette année, n’a inscrit que deux filets en 14 rencontres.

«Oui, nous aimerions marquer plus de buts, mais il y a aussi plusieurs équipes qui aimeraient se retrouver à notre place, a affirmé St-Louis. Nous avons trouvé des façons de gagner sans une grande attaque. Est-ce que nous voudrions obtenir plus de buts? Absolument.»

«Je suis à un but, une occasion ou un seul tir de retrouver ma confiance, a ajouté l’ailier de 5 pi et 8 po. Je recherche cette fameuse hargne qui décrit les bons marqueurs.»