LNH

Ébranler un mur défensif

Agence QMI / Jean-François Chaumont

Publié | Mis à jour

Jon Cooper avait mal au cœur et au ventre en regardant la reprise du premier match de la finale de l’Est contre les Rangers de New York. Merci à la magie de Tyler Johnson lors de la deuxième rencontre, l’entraîneur-chef du Lightning de Tampa Bay n’a pas eu besoin d’ingurgiter du Pepto-Bismol.

Il n’y a pas juste l’estomac de Cooper qui se porte mieux au lendemain d’un tour du chapeau de Johnson et d’une victoire de 6-2 au mythique Madison Square Garden.

Avec une égalité de 1-1 dans la confrontation et les deux prochains matchs sous les chauds rayons de la Floride, le Lightning a rapidement repris confiance.

Pour une première fois depuis le début des séries, les Rangers ont accordé plus de quatre buts dans un match. Onze fois en 13 sorties précédentes, les «Blue Shirts» avaient donné deux buts ou moins à leurs rivaux. Le temps d’un soir, la forteresse défendue par Henrik Lundqvist a plié.

Toujours aussi articulé dans ses réponses, Cooper a refusé de s’accorder le crédit.

«Comme entraîneur, tu fais des ajustements et c’est ce que j’ai fait après la défaite de 2-1 au premier match, a-t-il résumé. Tu dois parfois appuyer certains boutons. C’est toutefois très difficile de maintenir un niveau élevé pour tous les affrontements en séries; toutes les équipes vivent cette réalité.»

«Je ne fais toutefois rien de magique, a poursuivi l’avocat de formation. Pour obtenir du succès, tu as besoin d’un bon match de ton gardien et tes meilleurs joueurs doivent être les meilleurs. Il n’y a pas de secret. Ce sont eux qui nous ont permis de l’emporter.»

Au sujet des petits ajustements, le Lightning a ressorti sa formule avec 7 défenseurs et 11 attaquants. Le jeune arrière Nikita Nesterov a renoué avec l’action au détriment de l’ailier Vladislav Namestnikov.

Confiant à la maison

Depuis le début des séries, le Lightning a gagné quatre rencontres à l’Amalie Arena et cinq sur des patinoires adverses. Sur le strict plan mathématique, le concept de l’avantage de la glace ne tient donc pas trop la route. Mais, sur le plan mental, c’est une autre histoire. Le Lightning a dominé la Ligue nationale cette saison avec 32 victoires dans son édifice.

«On ressent une grande fébrilité à l’idée de revenir à la maison, a affirmé le défenseur Victor Hedman. Nous savons aussi que nos partisans ont hâte au prochain duel.»

«C’est bien de revenir à Tampa avec une égalité de 1-1, a renchéri l’ailier Ondrej Palat. Nous voulons poursuivre sur notre lancée et surtout, oublier le premier match de cette série.»

La fabuleuse histoire de Johnson

Pour une énième fois cette saison et depuis le début des séries, Cooper a reparlé de ses jours avec Tyler Johnson et le Crunch de Syracuse dans la Ligue américaine. Jamais repêché, le petit attaquant se retrouve au sommet pour les buts (11) et les points (16) en séries.

Questionné sur la remarquable épopée de Johnson, Cooper a offert une réplique savoureuse.

«Il s’agirait d’un conte de fées encore plus incroyable s’il pouvait soulever un gros trophée de 35 livres au-dessus de sa tête.»