Crédit : Getty Images/AFP

LNH

Un choc qui promet dans l’Ouest

Publié | Mis à jour

Même s’ils ont pris le troisième rang de la section Centrale durant le calendrier régulier, les Blackhawks de Chicago demeurent une menace constante en séries et ce sera au tour des Ducks d’Anaheim de le constater lors de la finale de l’Association de l’Ouest.

Ce choc qui s’amorcera en fin de semaine – vraisemblablement dimanche après-midi - mettra aux prises deux puissances de la Ligue nationale de hockey. La formation de l’Illinois se retrouve dans le «Final Four» pour la cinquième fois en sept ans, ce qui constitue un exploit en raison de la parité au sein du circuit Bettman.

Quant aux Canards, ils ont gagné deux séries durant une même année pour la première fois depuis 2007, quand ils avaient soulevé la coupe Stanley. Aussi, il faut rappeler qu’ils ont terminé la campagne en tête de l’Ouest.

Pendant la saison 2014-2015, les Hawks ont remporté deux de leurs trois rendez-vous face à leurs rivaux de la Californie.

«Nous sommes très à l’aise contre eux (les Ducks), mais on ne veut pas trébucher afin de leur donner confiance, a commenté le gardien québécois Corey Crawford sur le site NHL.com. Nous devrons batailler avec acharnement et on doit se rappeler qu’il faut continuer ainsi, car c’est ce qui nous a permis d’obtenir du succès auparavant.»

Ayant balayé le Wild du Minnesota jeudi dernier, les représentants de la Ville des vents risquent cependant d’être un peu rouillés à leur retour en action.

«Je crois que nous aurions tous préféré amorcer la série plus tôt, mais que peut-on faire, sauf s’entraîner encore plus? C’est toujours une problématique typique des matchs éliminatoires et il faut s’y faire», a affirmé l’attaquant Patrick Kane au quotidien «Chicago Tribune», au terme de l’entraînement des siens tenu mercredi.

Un trio en feu

À Chicago, les hommes de l’entraîneur-chef Joel Quenneville devront surveiller le trio formé de Corey Perry, Ryan Getzlaf et Patrick Maroon. Les deux premiers d’entre eux ont d’ailleurs amassé 27 points en neuf parties. Ils ont aussi été les éléments-clés de quatre victoires acquises après que leur club eut conclu les deux premières périodes du match avec un retard.

Néanmoins, ceci ne semble pas inquiéter les Hawks.

«Nous avons visualisé tous les mauvais scénarios et on réalise qu’il y a toujours un moyen de s’en sortir, a ajouté le capitaine de la formation, Jonathan Toews. Nous serons préparés en conséquence pour relever ce genre de défi que la plupart des équipes tentent de fuir.»