Canadiens de Montréal

«C’est frustrant» - Pacioretty

Publié | Mis à jour

Les visages étaient longs dans le vestiaire du Canadien de Montréal, mardi. Et avec raison.

Malgré le titre de la section Atlantique, ce qui lui permettait de bénéficier de l’avantage de la patinoire, le Tricolore n’a pas été en mesure de dompter sa bête noire, le Lightning de Tampa Bay.

Les hommes de Michel Therrien peuvent se consoler à l’idée qu’ils ont été dans le coup à pratiquement toutes les rencontres.

«À l’exception de celui de ce soir, nous aurions pu remporter tous les matchs. Chaque soir, nous avons obtenu d’excellentes chances de marquer. On se rendait au filet, on menaçait constamment. Ils ont fait ce que nous avons été incapables de faire, c’est-à-dire profiter de leurs occasions», a souligné l’attaquant Tomas Plekanec.

Plaie vive

Ils peuvent également être fiers d’avoir refusé de mourir deux fois plutôt qu’une. Cependant, avec cette élimination fraîchement vécue, la plaie était encore trop vive pour soulever le moindre point positif.

«Pour l’instant, c’est impossible de ressentir quelconque sentiment de fierté. C’est sûr qu’à un certain moment, au cours de l’été on réalisera ce qu’on a fait et comprendra qu’on a démontré beaucoup de caractère. Mais, pour l’instant, c’est trop tôt», a déclaré Max Pacioretty.

«C’est frustrant, car nous avions une opportunité d’égaler cette série. On avait réussi à se sortir d’une situation semblable, l’an dernier, face aux Bruins de Boston», a rappelé l’attaquant américain.

Une part du blâme

Toutefois, ce n’est pas le jeu à forces égales qui a fait défaut chez le Canadien. Mis à part cette dernière rencontre, il a dominé ses rivaux lors des séquences à cinq contre cinq. C’est l’avantage numérique anémique qui a été le plus gros boulet à ses pieds.

«C’est ce qui a fait la différence. Nous misons sur une très bonne unité d’infériorité numérique, mais ils ont trouvé des moyens de marquer», a reconnu Pacioretty, n’hésitant pas à prendre le blâme pour les insuccès de l’attaque massive.

«Des joueurs comme moi doivent se regarder dans le miroir et trouver des solutions pour être meilleurs l’an prochain en supériorité numérique», a-t-il ajouté à ce sujet.