Canadiens de Montréal

Une fin en queue de poisson

Publié | Mis à jour

L’intention était noble, mais la mission pratiquement impossible. Refusant de mourir à deux reprises, le Canadien a finalement abdiqué.

Défait 4-1, mardi soir au Amalie Arena de Tampa, le Tricolore est maintenant officiellement en vacances. Le Lightning lui aura finalement montré la porte de sortie au terme d’une série de six rencontres.

Nikita Kucherov, avec deux buts dont un dans un filet désert, Steven Stamkos et Ondrej Palat, en supériorité numérique, ont permis au Lightning d’atteindre la finale de l’Association de l’Est pour la troisième fois de son histoire, la première depuis le printemps 2011.

«On a creusé notre propre trou et on n’a pas été capable d’en sortir. Ce soir (mardi), ils ont été meilleurs que nous. Ils méritaient ce match... et la série», a déclaré Max Pacioretty, une fois de retour au vestiaire.

Comme des enragés

Gagnante à 32 occasions sur sa patinoire en saison régulière, la troupe de Jon Cooper a démontré pourquoi elle avait été la meilleure à domicile cette saison.

Comme il fallait s’y attendre, le Lightning a fini par jouer un match à la hauteur des attentes. Ce qui n’était pas survenu une seule fois depuis le début de cette série contre le Canadien. Et Steven Stamkos est redevenu Steven Stamkos.

«Nous venons possiblement de disputer notre meilleur match depuis le début des séries. Ce soir, c’était notre match numéro 7», a lancé Stamkos, auteur du but gagnant.

Visiblement plus enragés que les joueurs du Tricolore, les représentants de la Floride n’ont pas fait de quartiers le long des rampes remportant la grande majorité des batailles pour l’obtention de la rondelle.

Le but de Stamkos fut directement le fruit d’une lutte remporté par Matt Carle contre Pierre-Alexandre Parenteau et Brandon Prust.

Leur agressivité a également poussé les hommes de Therrien à précipiter leurs gestes et, par conséquent, à commettre quelques revirements. Dans ce registre, Alexeï Emelin et Tomas Plekanec n’ont pas été épargnés.

D’ailleurs, ce dernier est en partie responsable du premier but du match en ratant son déblaiement.

Pas besoin de Bishop

En fait, le Lightning a tellement bien joué qu’il n’a pas eu besoin d’une performance spectaculaire de Ben Bishop.

Le grand gardien n’a eu à réussir que deux gros arrêts. Une aux dépens de Plekanec (en fait, il a tiré directement dans sa mitaine) et l’autre, également de la mitaine, sur Dale Weise, en échappée.

Ces deux arrêts et le poteau frappé par Parenteau, en deuxième période, furent les moments les plus menaçants du Tricolore.

«On a obtenu quelques occasions de marquer tôt dans le match, mais nous n’avons pas su en profiter, a mentionné Plekanec. Puis, on a fait des erreurs qui ont coûté des buts.»

Parlant de menace, le Tricolore est revenu à ses vieilles habitudes en supériorité numérique. Avec Andreï Sustr au cachot, il est parvenu de peine et de misère à effectuer un tir au but.

Encore les unités spéciales

Et lors de son avantage numérique suivant, c’est Tyler Johnson, sur une descente à deux contre un, qui a obtenu la meilleure occasion de marquer.

L’attaque massive montréalaise a donc clos les séries avec un minable pourcentage de 5, 6% (2 en 36).

Le Lightning, quant à lui, n’a pas mis de temps à profiter de l’infraction suivante. Devante Smith-Pelly était assis sur le banc de punition depuis 18 secondes lorsque Palat a déjoué Price du côté du bloqueur.

Max Pacioretty a privé Bishop d’un jeu blanc avec un peu moins de cinq minutes à faire à la série.

Le Lightning en finale de l'Est : échos de vestiaire - TVA Sports