Canadiens de Montréal

Petry, une addition clé

Publié | Mis à jour

Marc Bergevin recherchait un défenseur susceptible d’occuper un rôle au sein du «top quatre» depuis un bon moment. Il a eu la main heureuse en faisant l’acquisition de Jeff Petry, des Oilers d’Edmonton.

Le Canadien de Montréal n’a pas vidé sa banque d’espoir pour sortir Petry de l’Alberta même s’il était l’un des défenseurs les plus convoités à la date limite des transactions du 2 mars. Bergevin a cédé un choix de deuxième tour au prochain repêchage et un choix conditionnel de cinquième ronde aux Oilers.

Un peu plus de deux mois après cette transaction avec Craig MacTavish, qui a récemment cédé son siège de directeur général à Peter Chiarelli, le Tricolore a reçu un très bon retour sur son investissement.

Un effet domino

Depuis le début des séries, Petry campe un immense rôle à la ligne bleue. Après P.K. Subban (26:53) et Andreï Markov (24:13), l’Américain de 27 ans est le défenseur le plus utilisé avec un temps de jeu moyen de 22 min 23 s. Très souvent, il représente le maillon fort du deuxième duo de défenseurs aux côtés d’Alexeï Emelin.

«On est plus que satisfait de son rendement, a dit Michel Therrien à la veille du crucial sixième match contre le Lightning. Jeff représente une grosse addition pour notre groupe de défenseurs. Avec son arrivée, ça nous permet de placer nos défenseurs à leur bonne place.»

Avec l’ajout de Petry, Tom Gilbert a glissé dans un rôle de cinquième défenseur. Depuis ce temps, le vétéran de 32 ans joue du hockey très solide.

Une bonne première

Après plus de quatre ans à Edmonton, Petry a finalement goûté à la folie des séries.

«Ça ne paraît pas qu’il n’avait jamais joué en séries, a affirmé Therrien en ne pouvant s’empêcher de sourire. Il joue avec beaucoup de confiance, il est excité et il joue bien dans les deux sens de la patinoire. C’est un défenseur que j’apprécie beaucoup.»

«J’ai eu à m’ajuster à mes débuts avec le Canadien, j’ai appris le système et je me sens maintenant bien avec le personnel d’entraîneurs, a renchéri Petry. Depuis la fin de la saison et le début des séries, je dirais que je joue probablement mon meilleur hockey depuis un bon moment.»

En 11 matchs depuis le début des séries, le défenseur droitier a récolté trois points et présente un dossier de +4. Il occupe le quatrième rang au sein de l’équipe avec 19 tirs bloqués et il vient également en quatrième position avec 26 mises en échec.

Des arguments en banque

Le 1er juillet prochain, Petry aura fort possiblement l’occasion de tester sa valeur sur le marché des joueurs autonomes sans compensation. Comme la cuvée 2015 n’a rien d’un grand cru, le défenseur de 6 pi 3 po et 200 lb se fera tirer l’oreille par bon nombre d’équipes et il recevra plusieurs offres mirobolantes.

Petry, qui gagne un salaire de 3,075 millions $, pourrait s’approcher d’un salaire annuel de 5 M$.

«Je ne pense pas à mon prochain contrat, a logiquement répondu le numéro 26. L’environnement du Canadien et mon expérience en séries me feront certainement réfléchir. Je trouve ça génial ici depuis mon arrivée.»

Avec tout près de 60 M $ d’investis pour la prochaine saison, le CH et Bergevin ne disposeront pas d’une grande marge de manœuvre avec Petry. Mais, il y a toujours moyen de bouger afin de conserver une pièce importante.

La valeur de Petry va monter - TVA Sports