Canadiens de Montréal

La soupape de sécurité

Publié | Mis à jour

Malgré son rôle effacé, Torrey Mitchell rend de fiers services aux Canadiens de Montréal depuis le début des séries éliminatoires.

Au sein d’une équipe peinant à marquer des buts, Mitchell occupe le deuxième rang des pointeurs parmi les attaquants avec une récolte de cinq points, dont un but. Il accuse un point de retard sur Max Pacioretty.

L’athlète originaire de Greenfield Park est utilisé en moyenne 12 mins 43 s par rencontre. S’il occupe une place de choix dans la colonne des marqueurs, là n’est pas sa mission principale.

«C'est un joueur qui possède une certaine expérience. Il joue bien et est toujours bien positionné. Il s'attarde aux petits détails, a vanté Michel Therrien. Son trio au complet fait le travail. Je n'ai pas peur d'envoyer ces gars contre le meilleur trio adverse.»

Mis à part Brian Flynn, Mitchell est le seul centre droitier que l’entraîneur du Canadien a sous la main. Ce dernier n’hésite pas à l’utiliser dans les dernières minutes d’une période lorsqu’une mise en jeu est déposée à la droite de Carey Price. D’ailleurs, lors du dernier match, il a accompagné Tomas Plekanec sur la patinoire pour la dernière minute de jeu, servant de soupape de sécurité.

«On recherchait un centre droitier, capable de jouer à l'aile à l'occasion. Il remplit son rôle à merveille», a ajouté Therrien.

Une période d’adaptation

Acquis à la date limite des transactions, Mitchell adore le rôle que lui confie son entraîneur depuis son arrivée à Montréal. Toutefois, il admet qu’il lui a fallu quelques semaines pour s’ajuster à son nouvel environnement et au style préconisé par le Tricolore.

«Au début, je me sentais un peu perdu. Il devait rester cinq ou six matchs à la saison lorsque j’ai commencé à bien me sentir, a indiqué l’attaquant de 30 ans. Aujourd’hui, je suis confortable et j’adore mon rôle. En séries, c’est important que tout le monde aime son rôle et le remplisse bien.»