LNH

Hartley est fier de ses Flames

Publié | Mis à jour

Évidemment déçu, l'entraîneur Bob Hartley tente néanmoins de retenir quelques éléments positifs à la suite de l’élimination de ses Flames de Calgary face aux Ducks d’Anaheim.

Après tout, les Flames en ont surpris plusieurs cette saison, en se qualifiant pour les séries et en atteignant le deuxième tour.

«Malheureusement, c’est terminé et nous sommes loin de l’ultime objectif, mais nous avons investi du temps et des efforts, et cela va nous rester, a notamment indiqué Hartley lors d’une conférence de presse diffusée sur le site web de la Ligue nationale de hockey, au terme de la rencontre de dimanche soir.

«Je suis vraiment fier de notre groupe. Ce soir, ce n’est pas un bon soir. C’est une défaite difficile à digérer, mais en même temps, il faut reconnaître qu’une jeune équipe a des leçons à prendre et ce soir, c’était une bonne leçon.»

Homme de cœur, Hartley a décrit son groupe de joueurs avec beaucoup d’admiration.

«Nous parlons souvent de jeunes joueurs talentueux et de bons vétérans, mais ils sont aussi tous de bonnes personnes, a-t-il noté. Ce que j’ai prêché tout au long de ma carrière d’entraîneur, c’est que les bonnes personnes font les bonnes équipes. Ce n’est pas juste une question de talent, mais c’est une question de préparation et de ce désir d’être les meilleurs.»

Selon l’instructeur-chef, ses joueurs ont justement cette volonté.

«C’était un effort magnifique, a repris Hartley, qui fait partie des trois candidats en lice pour le trophée Jack-Adams. C’est dommage que notre saison soit terminée, mais les gars ont bataillé fort et c’est normal qu’il y ait des visages longs dans ce vestiaire. Ils voulaient poursuivre.

«L’investissement qu’on a fait avec nos jeunes lors de ces séries éliminatoires, face aux Canucks (de Vancouver) ou face aux Ducks, ç’a n’a pas de prix. Maintenant, ils savent à quel point c’est difficile et à quel point il faut souffrir pour remporter des matchs. Le rythme est incroyable en séries. En l’ayant constaté, ça ne garantit pas le succès, mais au moins, c’est une nouvelle page dans le livre. J’aime comment ce groupe a avancé cette année. Il reste encore beaucoup à apprendre, mais ces séries sont bonnes pour tous ces jeunes et pour l’organisation.»

Faire la différence

Dans son long discours tenu en conférence de presse, Hartley a notamment eu de bons mots pour Johnny Gaudreau, qui a récolté 64 points en 80 matchs de saison régulière à titre de recrue avant d’ajouter neuf points, dont quatre buts, en 11 rencontres éliminatoires.

«Johnny est un gagnant, a souligné Hartley. Il veut être celui qui fait la différence. C’est cette culture qu’on souhaite inculquer à Calgary.»

«Dans la vie, comme dans le sport, il faut être ambitieux, c’est si facile de se satisfaire de peu. La médiocrité ne fait pas partie de nos standards.»

En terminant, Hartley a levé son chapeau aux Ducks, reconnaissant qu’ils ont beaucoup de talent et que les joueurs ont démontré beaucoup d’acharnement.

«Ce n’est pas par hasard qu’ils nous ont battus», a-t-il glissé.

Du côté des Flames, il faut rappeler que la perte du défenseur Mark Giordano en cours de saison n’a pas non plus aidé leur cause. Malgré tout, ses coéquipiers, comme de bonnes personnes, se sont bien battus.