Canadiens de Montréal

Direction Tampa Bay!

Jean-François Chaumont / Le Journal de Montréal

Publié | Mis à jour

Le Canadien de Montréal a réalisé son objectif de retourner une autre fois à Tampa Bay. Pour une deuxième fois, le CH a évité l’élimination en triomphant du Lightning de Tampa Bay 2-1, samedi, au Centre Bell.

En matinée, Brendan Gallagher avait un message assez simple: «On veut juste survivre une journée de plus, c’est notre mentalité.» Il y aura finalement une autre journée pour cette courageuse équipe.

La rencontre était diffusée sur les ondes de la chaîne TVA Sports.

À VOIR ÉGALEMENT

Devante Smith-Pelly et Pierre-Alexandre Parenteau, deux joueurs qui n’avaient pas encore marqué dans cette série, ont trouvé le meilleur temps pour sortir de leur léthargie.

À 15 min 53 s de la troisième période, Parenteau a semé l’hystérie en déjouant Ben Bishop d’un tir haut du côté de la mitaine. Sur ce jeu, P.K. Subban a prouvé une fois de plus son immense talent en réalisant une superbe passe.

«C’est le plus gros but de ma carrière, a dit Parenteau après le match. Subban est l’un des meilleurs avec la rondelle et je savais qu’il était pour faire ce jeu.»

Steven Stamkos avait créé l’égalité à mi-chemin en troisième. Mais, le CH n’a jamais paniqué.

En plus de 100 ans d’histoire, le Tricolore n’avait jamais forcé la présentation d’un sixième match alors qu’il perdait 0-3 dans une série. C’est maintenant chose faite.

«Oui, c’est un bel exploit, mais c’est loin d’être fini, a rappelé Max Pacioretty. C’est maintenant 3-2 pour Tampa dans la série, nous ne voulons pas arrêter là. Nous avons trop de plaisir au sein de ce groupe.»

Des poteaux et de la magie

Après le quatrième match, Subban avait dit de Bishop qu’il était assis sur un fer à cheval, faisant référence à la chance. Encore une fois, dame Chance se retrouvait dans le coin du géant gardien.

En deuxième période seulement, le CH a frappé le poteau à trois reprises, les trois fois en avantage numérique. Subban, Parenteau et Jeff Petry ont tour à tour touché la tige métallique.

«C’était un sentiment différent qu’au troisième match où nous avions aussi eu quelques poteaux, a affirmé Pacioretty. Nous savions que nous pouvions le battre. Et, P.-A. a réussi à le déjouer en fin de troisième.»

Bishop a terminé la rencontre en bloquant 27 des 29 tirs des favoris locaux.

Carey Price a réalisé un tour de magie en troisième période. L’homme masqué du CH a stoppé du bout de la mitaine un tir de Valtteri Filppula qui venait tout juste de saisir une passe précise de Stamkos.

«Chanceux, a humblement répondu Price pour décrire son arrêt. J’étais désespéré et j’ai trouvé une façon de toucher suffisamment à la rondelle.»

En deuxième période, le numéro 31 a également réalisé un bel arrêt contre Brenden Morrow. Mais, sur ce jeu, Price a aussi joué de chance. Morrow, le gendre de Guy Carbonneau, a manqué son tir, frappant la jambière droite alors qu’il avait pratiquement la moitié du but ouvert.

Emelin : rien de sérieux

Blessé en troisième après un contact accidentel avec Stamkos, Alexeï Emelin n’a pas terminé la rencontre.

«Il est correct, ce n’est rien de sérieux», a mentionné Michel Therrien au sujet du défenseur russe.

Le Canadien s’envolera pour la Floride dimanche. Le sixième match de cette série se déroulera seulement mardi au Amalie Arena de Tampa.

«On se reverra dans quelques jours à Montréal», a lancé Parenteau à la foule après la rencontre.