LNH

«P.K. est un personnage» - Cooper

Publié | Mis à jour

L’entraîneur-chef du Lightning de Tampa Bay ne tombe pas dans le piège d’une guerre de mots avec le défenseur du CH.

Avocat de formation, Jon Cooper n’a jamais craint les joutes oratoires. Avant le départ de son équipe pour Montréal afin de jouer un cinquième match, l’entraîneur en chef du Lightning a préféré sortir la carte de la sagesse pour répliquer aux propos de P.K. Subban.

«P.K. est un personnage, a simplement répliqué Cooper. On est chanceux de l’avoir au sein de la Ligue nationale de hockey (LNH) pour de tels commentaires.»

«Il a peut-être raison, a-t-il lancé en esquivant un large sourire. Ou Ben est possiblement un bon gardien.»

Cooper réagissait ainsi aux déclarations de Subban de la veille. Quelques minutes après un gain de 6-2 et une sortie prématurée du match de Bishop, le flamboyant défenseur du Tricolore n’a pas mâché ses mots pour décrire les performances du géant gardien américain.

«Je crois qu’il était assis sur un fer à cheval depuis un certain temps, a mentionné Subban. Il jouait bien, mais il était aussi chanceux. C’est une autre source de confiance pour notre équipe en le voyant sortir du match. »

À l’image de son équipe, Bishop n’a pas été à la hauteur lors du quatrième match, accordant trois buts sur seulement 14 tirs. David Desharnais l’a chassé de la rencontre en le battant d’un lancer frappé du côté de la mitaine, un but semblable à celui de Max Pacioretty lors du premier match.

Avant cette mauvaise sortie, Bishop avait bloqué 100 des 104 tirs du Canadien lors des trois premières rencontres pour un taux d’efficacité assez remarquable de ,962.

Depuis le début des séries, le gardien de 6 pi 7 po présente de très bonnes statistiques avec un dossier de sept victoires et quatre revers, une moyenne de 1,86 et un taux d’efficacité de ,930.

Aucun doute pour Stamkos

Steven Stamkos représentait un autre sujet de conversation. Pour une première fois depuis le 27 février et le 2 mars 2011, Stamkos se retrouve dans une disette de deux matchs d’affilée sans obtenir un seul tir au but.

«Je côtoie Stammer depuis deux ans et ce jeune trouve toujours une façon de se relever, a prévenu Cooper. Il le fera encore une fois. Il devra trouver différentes façons pour atteindre le filet adverse. »

Le capitaine du Lightning a rejeté l’hypothèse d’une blessure pour expliquer cette rare statistique après la quatrième rencontre. Il portait toutefois un grand bandage sur son poignet gauche.

Et les classiques...

En plus de Cooper, Ryan Callahan et Anton Stralman ont également rencontré la presse. Les deux anciens des Rangers de New York ont recyclé quelques réponses clichées.

«La quatrième victoire est toujours la plus difficile à obtenir, a affirmé Callahan. L’autre équipe joue pour sa survie et elle ne veut pas abandonner. Il faut se souvenir de nos sixième et septième matchs contre les Red Wings, quand nous faisions face à l’élimination.»

«Si nous analysons le troisième match, nous ne méritions pas de gagner et bien honnêtement, nous méritions cette correction au dernier match, a souligné Stalman. C’est maintenant le temps de nous regrouper.»